• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : le quartier du Mirail a la cote sur Airbnb

© AFP
© AFP

Le marché de la location Airbnb dans le quartier du Mirail, réputé "difficile", se porte bien. A contre-courant des préjugés, les touristes le décrivent très majoritairement comme "calme et tranquille", selon une étude de l'agence de marketing territorial Nouvelles Marges. 

Par Vincent Albinet

C'est une étude qui va à l'encontre des idées reçues sur les quartiers populaires en France

Selon l'agence Nouvelles Marges, ces quartiers sensibles ont la cote sur Airbnb. Aussi bien aux Minguettes (Vénissieux, Rhône), qu'à la Courneuve (Seine-Saint-Denis), La Grande-Borne (Grigny, Essonne), La Mosson (Hérault, Montpellier) ou encore au Mirail (Toulouse).

Ainsi, au Grand Mirail, premier quartier de la région Occitanie en terme de population, avec 32.800 habitants, l'agence a pu recenser 31 locations Airbnb (18 chambres et 16 logements entiers).

Les prix y sont très légèrement moins chers que ceux de l’agglomération toulousaine : 5 euros de moins en moyenne que la moyenne des prix de l'agglomération toulousaine et 3 euros de moins pour le logement entier.

Le Mirail globalement plébiscité par les locataires d'Airbnb 


En revanche, les commentaires négatifs sur le quartier sont peu nombreux :
  • 7 commentaires sur 449 jugent le Mirail dangereux et mal fréquenté
  • 8 sur 449 l'estiment excentré par rapport au centre ville
  • 1 sur 449 le qualifie de bruyant

Et ces commentaires sont largement contrebalancés par les remarques positives sur le quartier. 

Selon Nouvelles Marges, "les locataires semblent satisfaits : la note moyenne attribuée aux 30 chambres et appartements notés par les locataires est de 4,59/5".

Au total,  sur 449 commentaires enregistrés pour l’ensemble des locations du quartier, 144 remarques valorisent le Mirail en terme :
  • d'accès aux transports en commun ("à 10 mn du métro", "bus et métro à proximité")
  • de situation stratégique  : "à proximité de la fac Jean Jaurès", "centre-ville à 20 mn", "à 20 mn de l'aéroport","proche de l'autoroute", "à 10 mn à pied du centre d'affaires de Basso Cambo", "accès facile vers Aeroscopia"…
  • de présence de commerces de proximité : "possibilité de faire du shopping sur les grands centres commerciaux de Roques et Portet par le périphérique", "supermarchés et épiceries tout près"
  • d'ambiance générale du quartier, qualifiée de "calme et tranquille" dans les commentaires : "en banlieue, dans un environnement calme ", "quartier calme ", "cosmopolite mais tranquille", " quartier très bien malgré ce que vous pourriez entendre dessus".

Qui loue par Airbnb au Mirail ?


Sur les 449 commentaires laissés par les locataires, 422 personnes indiquent par ailleurs leur provenance dans leur profil.

327 viennent de France, principalement du sud.

95 locataires habitent à l'étranger (Belgique, Suisse, Pays-Bas, Allemagne,  Autriche, Danemark, Royaume-Uni, Irlande, Espagne, Italie, Portugal, Grèce, Roumanie, RépubliqueTchèque, Russie, Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Indonésie, Maurice, Chine, Malaisie, Maroc, Mexique, Jamaïque, Uruguay, Singapour, Turquie).

Les locataires indiquent fréquemment dans leurs commentaires être venus :
  • pour visiter Toulouse
  • pour passer des examens à l'Université Jean Jaurès
  • pour des déplacements professionnels                                                                                                                                                                                                                                             

Une location Airbnb qui déconstruit les clichés


"Plus les gens viennent dans ces quartiers dits sensibles, à Toulouse comme ailleurs en France, plus ils vont sur place, plus cela contribue à déconstruire les clichés", observe Jean-Pierre Papin, directeur associé de l'agence Nouvelles Marges. "L'image du Mirail est constituée d'éléments rationnels et d'éléments projetés. Le fait d'aller y louer un logement sur place fait tomber pas mal d'éléments projetés. Les locataires s'aperçoivent qu'il existe des aménagements, des transports et une vie conviviale", conclut-il.

                                                                                                               

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus