VIDEO - L'incroyable aller-retour Calais-Toulouse de migrants expulsables, transférés en avion et finalement libérés

C'est un scénario finalement classique qu'a suivi une équipe de France 3 Midi-Pyrénées. Expulsés de Calais, ils sont transportés en avion à Toulouse, placés en centre de rétention puis... libérés par la justice. Ils reprennent alors le chemin de Calais. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce jour-là, ils sont 28 devant le tribunal administratif de Toulouse. 28 migrants qui voulaient gagner l'Angleterre, qui ont finalement étaient interpellés, pour la plupart transportés par avion par l'Etat pour être placés au centre de rétention administratif de Cornebarrieu près de l'aéroport Toulouse-Blagnac.

Soudanais ou Erythréens, ils contestent tous l'arrêté de reconduite à la frontière pris à leur encontre. Et dans 99 % des cas, la justice leur donne raison. En cause, une procédure administrative presque collective, comme l'indique un avocat qui les défend : les préfectures complètent simplement avec leur nom des arrêtés d'expulsion pré-remplis !

Le scénario, suivi par l'une de nos équipes, est alors le même : ramenés par la police de l'air et des frontières (PAF) du tribunal administratif de Toulouse au centre de rétention pour y récupérer leurs maigres affaires, les migrants sont alors libérés et livrés à eux-mêmes. Ils se demandent alors pourquoi on les a envoyé si loin des côtés anglaises, car ils n'ont qu'un objectif : retourner à Calais !

Pris en charge par des associations et des bénévoles, ils gagnent alors la gare Matabiau et quitte Toulouse en train pour de nouveau tenter leur chance à Calais. 

EN VIDEO / le reportage d'Amélie Poisson et Jean-Luc Pigneux :

Libérés du centre de rétention de Toulouse, ils regagnent Calais dont ils avaient été expulsés par avion.