Zones de non traitement : les agriculteurs de la FDSEA et des JA annoncent de nouvelles actions à Toulouse

Les agriculteurs de la FDSEA et des JA du Gers ont manifesté contre les znt, à Auch, le 30 janvier 2020. / © FTV
Les agriculteurs de la FDSEA et des JA du Gers ont manifesté contre les znt, à Auch, le 30 janvier 2020. / © FTV

Les ZNT (zones de non traitement aux pesticides) demeurent un point de crispation chez les agriculteurs. La FNSEA et les JA demandent un moratoire, ainsi qu'une compensation de la perte d'hectares. Des actions syndicales sont prévues à Toulouse  les 12 et 13 février 2020, en soirée.

Par Marie Martin

Décidément, les ZNT ont du mal à passer auprès des agriculteurs...

Ces zones de non traitement (aux pesticides) ont fait l'objet d'un arrêté applicable au 1er janvier 2020, qui instaure des limites de 20 mètres, 10 mètres ou 5 mètres selon les cas entre une zone de traitement et des habitations. 
  • Une distance de sécurité incompressible de 20 mètres pour les pesticides les plus dangereux, parmi lesquels figurent des produits classés cancérogènes, ainsi que des substances actives considérées comme des perturbateurs endocriniens.
  • Une distance de 10 mètres pour le traitement des parties aériennes en arboriculture, en viticulture ou encore pour les arbres et arbustes, les bananiers, le houblon, la forêt, les petits fruits et cultures ornementales de plus de 50 cm de hauteur.
  • Une distance de 5 mètres pour les grandes cultures, le maraîchage et autres cultures basses.
Annoncé en décembre 2019, cet arrêté est donc applicable depuis le 1er janvier mais pour les utilisateurs de ces produits phytosanitaires, il rest encore trop de zones d'ombre. Notamment sur la compensation financière, les agriculteurs perdant fatalement des hectares de culture.
Sur certains points, les agriculteurs membres de la FNSEA ou des JA reconnaissent que le dialogue a été constructif, qu'ils ont été entendus. Mais ils estiment aussi qu'en l'état, les textes publiés sont inapplicables. Pour cette raison, les deux syndicats annoncent des actions en Haute-Garonne : dans plusieurs cantons du département mercredi 12 février en soirée, et à Toulouse même jeudi 13 toujours en soirée. Des symboles de l'Etat pourraient être visés, selon le communiqué conjoint des deux organisations syndicales.

Une manière de maintenir une certaine pression qui, disent-ils, a porté ses fruits par le passé.

Sur le même sujet

Les + Lus