Covid : les célébrations de Pâques en mode confinement à Lourdes

Les célébrations religieuses ne sont pas annulées à Lourdes, en ce vendredi saint et pour le week-end de Pâques. Mais la fréquentation est extrêmement faible par rapport à une année normale - alors qu'il s'agit de la fête la plus importante pour les chrétiens. 

Faible affluence de fidèles et de pèlerins en ce vendredi pour le chemin de croix au Sanctuaire
Faible affluence de fidèles et de pèlerins en ce vendredi pour le chemin de croix au Sanctuaire © Régis Cothias - FTV

Traditionnellement, la période de Pâques lance la saison religieuse à Lourdes (Hautes-Pyrénées). Il s'agit de la période la plus importante de l'année pour les chrétiens. Mais cette année, en raison du Covid et du re confinement, les pèlerins sont très peu nombreux. En ce vendredi saint, les abords du Sanctuaire sont presque déserts pour le chemin de croix. 

A partir de lundi, les messes et les prières près du Sanctuaire seront retransmises sur le media web TV Lourdes, permettant aux fidèles de suivre à distance les cérémonies.

La pratique religieuse fait partie des motifs de dérogation, contrairement au printemps 2020 où la question faisait débat
La pratique religieuse fait partie des motifs de dérogation, contrairement au printemps 2020 où la question faisait débat © Régis Cothias - FTV

La règle des 10 km va limiter l'affluence

Habituellement, Lourdes accueille plusieurs milliers de fidèles à Pâques. Ce matin près de la grotte, ils étaient seulement quelques dizaines à venir se recueillir. Après les week-end de Pâques, la règle des 10 km devrait encore réduire l'affluence. 

Seuls les locaux, habitants de Lourdes et des proches environs devraient être présents. Il existe toutefois une dérogation dans l'attestation officielle qui permet d'assister à un office religieux. Contrairement au printemps 2020, c'est une question qui ne fait plus débat : la pratique religieuse fait partie des motifs dérogatoires.

A quelques pas du Sanctuaire, la majorité des commerces de Lourdes restent fermés, donnant un aspect fantomatique à la ville. En 2020, le Sanctuaire a perdu quatre millions d'euros. La fréquentation quasi nulle attendue à Pâques devrait creuser ce déficit. 

La cité mariale aura plus que jamais besoin des dons des fidèles et des pèlerins. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société covid-19 santé confinement