Pic du Midi : les scientifiques de Sciences en Marche en route direction Paris

Chercheurs, ingénieurs et universitaires réclament des moyens pour la recherche et l'enseignement supérieur. Ils se mobilisent dans toute la France et rejoindront la capitale pour une grande manifestation le 17 octobre.

La science est en marche. C'est précisément le nom que les scientifiques ont choisi pour revendiquer, à leur tour, leurs intérêts. Lesquels ? Plus de moyens pour la recherche fondamentale et de la reconnaissance.

Les appareils photos numériques ? "Directement liés aux astronomes qui ont développé des détecteurs pour observer les étoiles." Les cartes SD pour stocker des données ? Les écrans tactiles ? Internet ? "Tout cela a été permis par la science fondamentale" pointe Rémi Cabanac, chercheur astronome au Conseil National des Astronomes et Physiciens (CNAP).

"Les sciences fondamentales sont le socle de notre société en tant que moteur de progrès. La société doit investir dans ces sciences et surtout la transmission de ses connaissances" avance le chercheur, qui est aussi le coordinateur du collectif Sciences en Marche du Pic du Midi.

C'est pour sensibiliser le grand public sur ces enjeux que le collectif de "Sciences en marche" regroupant chercheurs, ingénieurs et enseignants organise une mobilisation nationale pendant 3 semaines, dont le point de départ est précisément au sommet du Pic du Midi, vendredi 26 septembre, à 10 heures







Une trentaine de scientifiques se donnent rendez-vous au sommet du Pic du Midi, au niveau du laboratoire d'astrophysique.

Avant d'entamer leur descente jusqu'à Artigues, première ville-étape, les chercheurs proposent des animations au grand public "pour leur faire comprendre facilement notre importance" justifie Rémi Cabanac. 

Au programme : Visite des télescopes et de la coupole de 2 mètres, explication du travail réalisé par les chercheurs au sommet, sur le soleil, et sur l'univers.

L'itinéraire du groupe :


Agrandir le plan

L'équipe du Pic du Midi atteindra Artigues vers midi et passera le relais à un groupe de scientifique qui rejoindra Toulouse le 2 octobre pour une manifestation sur les Allées Jules Guesde, près du Muséum.

Esprit médiation scientifique

Les scientifiques emprunteront "des itinéraires les moins fréquentés possible". Pas de blocage ni d'opération-escargot au programme.

"Le but c'est d'avoir une visibilité dans les villes étapes", précise Patrick Lemaire, un des porte-parole du mouvement. "On est dans l'esprit médiation scientifique", précise-t-il.

Ils réclament : 
  • La mise en œuvre d'un plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi statutaire à tous les niveaux de l’Enseignement Supérieur et la Recherche. "Dans les labos, énormément de nos jeunes chercheurs, extrêmement brillants il faut le préciser, sont virés à la fin de leur CDD" dénonce Rémi Cabanac.
  • Le renforcement des crédits de base des laboratoires et des universités. Le directeur du Pic du Midi, arrivé en France en 2006, remarque qu'en 8 ans le fonds de soutien des labo a été divisé par 2.
  • La reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives pour faciliter l’emploi des docteurs, et la diffusion de la culture scientifique, dans les entreprises et la haute fonction publique
Pour mieux comprendre leur action, consultez cette BD :

bdsciencesenmarche.pdf by ceriselocard


 

Adopte un chercheur
"Sciences en marche" lance "Adopte un chercheur", une campagne virale pour que les scientifiques-marcheurs-cyclistes soient accueillis chez les habitants au cour de leur manifestation jusqu'à Paris.