Hautes-Pyrénées : le projet de porcherie du groupe Fipso ne verra pas le jour à Ossun

Les opposants au projet d'implantation d'une porcherie industrielle à d'Ossun (65) se réjouissent. Le groupe Fipso, porteur du projet, renonce à s'installer aux abords du village.

Image d'illustration d'un élevage de cochons.
Image d'illustration d'un élevage de cochons. © Joel Le Gall / MaxPPP
Les adhérents du collectif No Porcharan, créée en 2018 pour s'opposer au projet de construction d'une porcherie sur la commune d'Ossun (65) sont rassurés.
La société Sélect Porc, filiale à 100% du groupe Fipso a décidé d'abandonner ce projet qui devait accueillir sur le village, près de 2.000 porcelets par cycle d'engraissement, soit plus de 6.000 animaux par an.

Dans un post publié sur les réseaux sociaux, l'association se félicite de cette décision.
"Le poids de nos arguments développés dans notre recours auprès du tribunal administratif ainsi que notre dernier échange avec le Préfet ont porté leurs fruits."
 

LA NOUVELLE TANT ATTENDUE ! Nous sommes heureux et fiers de vous annoncer la VICTOIRE de NO PORCHARAN contre le projet...

Publiée par No Porcharan sur Mardi 27 octobre 2020

Contacté par téléphone, le groupe Fipso n'a pas répondu à notre demande d'information. Dans un article publié le 27 octobre dans La Dépêche du Midi, Patrick Le Foll, directeur général de Fipso, communique sur les motivations de son groupe à arrêter le projet d'Ossun. Il précise notamment à l'adresse de ses détracteurs que la taille de l'élevage restait "familial" et loin d'un projet industriel.

Selon le quotidien local, Le groupe Fipso abandonne ce projet afin de ne pas abîmer son image et investir là où l’on veut bien d’elle.

"Loin de l’image d’un groupe capitalistique impersonnel que certains veulent nous donner, Fipso regroupe des agriculteurs et des salariés passionnés qui ne vont pas passer leur temps à défendre des projets professionnels contre des opposants qui s’acharnent. Nous préférons au contraire concentrer notre travail et nos investissements dans des zones où il existe une volonté de développement économique, et de maintien d’un tissu rural dynamique. Nous déplorons que l’activisme de quelques-uns contribue à l’affaiblissement du tissu économique des Hautes-Pyrénées".
 

2000 porcs destinés à être engraissés

La SARL Sélect Porc envisageait de reprendre à Ossun, le site d'une ancienne porcherie abandonnée depuis 2016 pour construire un bâtiment pouvant recevoir près de 2.000 porcs destinés à être engraissés.

En deux ans le projet d'élevage hors-sol a fait des remous à Ossun, mais aussi dans les communes voisines de Lamarque-Pontacq (65), de Pontacq et de Ger situées dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le permis de construire accordé par la municipalité d'Ossun a soulevé un mouvement de protestation des habitants et riverains du projet.

Une lutte de 2 ans

Ils dénonçaient par anticipation les nuisances olfactives qui devaient aller de pair avec ce projet et craignaient aussi la pollution de l'air, de l'eau par l'épandage des lisiers. 
En 2019, le préfet des Hautes-Pyrénées a validé le projet, malgré les contestations des riverains.
 

"Nous avons su montrer que la volonté citoyenne, l'union et la détermination peuvent mener aux succès d'une lutte (...) mais, nous ne baissons pas la garde et restons très attentifs à la suite et aux dernières démarches." précise le collectif sur sa page Facebook.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie