Suppression de l'Intercités de nuit Paris-Tarbes : l'Etat campe sur sa position

Dernier départ de la Palombe bleue en gare de Tarbes, le 1er juillet 2017. / © Max PPP
Dernier départ de la Palombe bleue en gare de Tarbes, le 1er juillet 2017. / © Max PPP

Le ministère des transports confirme que le train de nuit la Palombe bleue (Paris–Tarbes–Hendaye) reste supprimé.

Par Martin Vanlaton

Depuis plusieurs décennies, l’Intercités de nuit reliait Paris au Pays Basque, en passant par Tarbes. Depuis le 1er juillet 2017, le service a été stoppé. Malgré des actions à répétition pendant la semaine suivant sa suppression, l'Etat vient de confirmer que le service ne reprendra pas.

Le Ministère des Transports a répondu par courrier à la Convergence Nationale Rail. Selon l’Etat, "le modèle économique des trains de nuits n’est plus viable." Le clap de fin du 1er juillet correspond à "la mise en service de la nouvelle ligne LGV Sud Europe Atlantique (…), apportant une amélioration substantielle de la desserte du sud-ouest de la France."

Dans la région, la ligne Paris-Rodez / la Tour de Carol est quant à elle conservée "du fait de l'absence d'alternatives."

"Destruction du service public ferroviaire"


Les associations de défense des trains de nuits évoquent la "destruction du service public ferroviaire." Selon la Convergence Nationale Rail, la suppression de ces trains a "malheureusement de lourdes conséquences pour toutes les régions périphériques dont les habitants ne sont plus reliés entre eux par le mode ferroviaire."


Le reportage de Régis Cothias et Sarah Karama :
Suppression de l'Intercités de nuit Paris-Tarbes : l'Etat campe sur sa position
Le ministère des transports confirme que le train de nuit la Palombe bleue (Paris–Tarbes–Hendaye) reste supprimé. - F3 Occitanie


Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus