Tarbes : MG Call en redressement judiciaire, en attendant la vraisemblable liquidation

Manifestation des salariés de MGCall devant le tribunal de Tarbes le lundi 21 septembre / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées
Manifestation des salariés de MGCall devant le tribunal de Tarbes le lundi 21 septembre / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées

L'arrivée de MG Call et de ses 340 emplois avaient ouvert un espoir à Tarbes. C'est aujourd'hui la douche froide avec le placement en redressement judiciaire avant la très probable liquidation. MG Call n'a jamais eu de client, contrairement à ce qui était affirmé aux pouvoirs publics.

Par Véronique Haudebourg

24 heures après l'audience de ce lundi, à l'occasion de laquelle les 151 salariés de MG Call avaient crié leur désarroi et leur colère dans la rue, l'entreprise a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Tarbes. Cette première mesure doit permettre le paiement des salaires des employés. 

Si l'entreprise n'a pas été placée en liquidation, c'est parce que son dirigeant a demandé son redressement. Et que la loi prévoit de le lui accorder. En revanche, une nouvelle audience est prévue très rapidement, le 5 octobre pour, vraisemblablement, prononcer la liquidation judiciaire de l'entreprise.

Pour obtenir directement la liquidation de MG Call, il aurait fallu une demande du procureur. Une procédure qui demande environ 3 semaines. Pour accélérer les choses, le tribunal a donc choisi le placement en redressement judiciaire et une échéance très courte (deux semaines) pour réexaminer le dossier. Un mandataire, François Legrand, a été nommé et a expliqué la situation aux salariés en fin d'après-midi mardi. la priorité est aux versements des salaires et il n'y a pas de suspens quant à l'avenir de MG Call au regard de "la situation critique" de la société. Un administrateur judiciaire va remplacer le dirigeant défaillant de l'entreprise.

Ce dernier n'a jamais pu fournir la preuve de l'existence d'un contrat avec l'opérateur téléphonique dont il devait assurer  le service clientèle. En 2014, MG Call et son dirigeant  avaient été accueilli à bras ouverts par les collectivités. Il s'engageait à créer une centaine d'emplois (340 à terme) pour des chômeurs de longue durée ou des personnes en grande précarité. La communauté d'agglomération n'avait pas versé d'aide mais avait rénové, en tant que bailleur, le télésite de Bastillac pour installer MGCall.
Audience MG CAll Tarbes
Pendant des mois les salariés se sont entraînés en s'appelant entre eux, dans l'attente de l'arrivée du gros client annoncé. En vain. En août leurs salaires n'ont pas été versés et ils ont occupés l'entreprise. A Tarbes, c'est aujourd'hui la douche froide. MG Call qui fut un bel espoir s'écroule.

Pour aider les employés dont certains sont en très grande difficulté, la préfecture a mis en place une cellule d'accompagnement d'urgence.
Ils ont notamment été rassurés quant à leurs droits au chômage. Ils ont d'ailleurs rencontré à ce propos le directeur régional de Pôle Emploi, qui a promis la mise en place d'une cellule d'appui au projet professionnel de ces 149 salariés. 5 personnes vont être mobilisées pour les aider dans leur nouvelle recherche d'emploi. 

[Cellule d'urgence - MG call] Depuis ce matin, la cellule d'urgence accueille les salariés pour débloquer au plus vite...

Posted by Préfet des Hautes-Pyrénées on mardi 22 septembre 2015

 

Sur le même sujet

Les + Lus