Hérault : contrôle des populations croissantes de goélands dans les villes

Des goélands et des mouettes survolent un bateau de pêcheur sur l'étang de Thau - décembre 2012 / © Maxppp
Des goélands et des mouettes survolent un bateau de pêcheur sur l'étang de Thau - décembre 2012 / © Maxppp

Les goélands nichent de plus en plus dans les villes de l'Hérault. Ces oiseaux marins provoquent des nuisances, c'est un fait. Mais ils ne sont pas considérés comme nuisibles et sont donc protégés. Une solution a fait ses preuves pour limiter leur présence : la stérilisation des œufs.

Par Zakaria Soullami


Les goélands sont de plus en plus nombreux dans les villes héraultaises. Ils provoquent des désagréments mais sont protégés. Associations et élus cherchent des solutions pour limiter leur présence dans les villes sachant que l'éradication de l'oiseau marin est interdite.

Pas seulement dans les villes côtières

Les goélands ne sont plus seulement à Palavas-les-Flots ou Sète. On en trouve désormais de plus en plus à Montpellier par exemple. Les oiseaux s'y sentent plus en sécurité n'ayant pas de prédateur. Ils trouvent par ailleurs facilement de la nourriture notamment dans les ordures ménagères.

Des nuisances ressenties par les citadins

Le printemps est la saison préférée des goélands pour venir s'installer dans les villes. Ils nichent sur les toits ou encore sur les terrasses et ils crient souvent, même la nuit, selon Pierre Maigre, président de la ligue protectrice des oiseaux (LPO) de l'Hérault.

Stérilisation des œufs, seule solution efficace

D'après le président de la LPO, les communes qui le souhaitent peuvent demander la stérilisation des œufs de goélands. Il s'agit de plonger les œufs dans une solution souvent à base de formol. La femelle continue alors à couver et quand elle s'aperçoit que l'œuf est stérile, il est trop tard.

"Le taux de réussite de cette méthode est de 98% à Sète pour ne pas dire 100%", selon Pierre Maigre.

Les autres méthodes n'ont pas fait leurs preuves. En effet, l'effarouchement, la destruction des nids ou encore l'empoisonnement ne permettent pas de limiter la multiplication des goélands dans les villes. 

Sur le même sujet

Sète : la démolition du célèbre pont mobile Sadi-Carnot occasionne de gros bouchons

Les + Lus