Agde : un festival pour aller "à la rencontre" de la culture tsigane

Du 18 au 25 septembre, l'office du tourisme et la Maison du cœur de ville d’Agde accueillent un festival en hommage à la culture tsigane. Des débats, des conférences, des concerts sont organisés par des gitans du quartier pour inviter à découvrir leur histoire et leurs traditions.

Un salut pour chacun, des gestes rapides : Thierry Patrac est, ce vendredi 17 septembre, dans l’effervescence des grands jours. Depuis ce week-end se tient le festival "A la rencontre – Tsiganes". Cet événement est un peu le bébé de ce natif d’Agde qui aurait mis un an pour monter le projet à l’office du tourisme. Jusqu’au 25 septembre, il rassemble des écrivains, des sociologues, des comédiens, des poètes, un slameur… Une invitation aussi à briser les préjugés. 

Si vous venez cette semaine, vous allez rencontrer des gitans qui vont faire des débats, des rencontres, qui sont allés à l’école… Des intellectuels, c’est ça aussi ! Attention, il ne faut pas tout mélanger ! Il y en a de très bons en France, et vous allez apprendre beaucoup de choses.

Thierry Patrac

Les intervenants sont gitans, roms, sinté, yéniches ou manouches. C’est le cas de Joseph Stimbach, écrivain et poète qui a "toujours défendu l’âme tsigane""Cette façon de bouger, cette façon d’aimer, cette façon de dire les gens, liste-t-il. Vous savez, il y a bien longtemps on était tous des nomades." Dans ses textes, qui sont lus sur scène par Maryse Alice Margaud, l’auteur évoque l’urgence à sauver cette culture, mais aussi la déportation dont le peuple a été victime pendant la Seconde guerre mondiale.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jeannette Gregori (@jeannettegregori)

À l'étage de l'office du tourisme, toute la semaine sont exposées les clichés de Jeannette Grégori. Depuis sa rencontre avec une communauté manouche en 2009, la photographe rend hommage à ce peuple en portant un regard poétique sur des scènes de vie. "C’est à la fois un festival organisé par les Tsiganes, ce qui est rare, avec une dimension presque intellectuel qui est importante, se réjouit-elle. C’est ce qui me plaisait."

Faire connaître l’histoire millénaire, la langue et les traditions d’un peuple qui a quitté l’Inde au XIVe siècle  : c’est l’objectif affiché par l’événement, qui s’appuie sur des membres de la communauté du centre-ville. 

À Agde, les premiers gitans sont arrivés au début du XXe. Ils seraient aujourd'hui 1200 environ, qui vivent au cœur de la ville.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs culture photographie art musique littérature livres tsiganes société