A Lodève dans l'Hérault, des commerçants ferment car ils refusent de contrôler le pass sanitaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par P. Arisa, M. Rezki et J. Sanna

A Lodève, une partie de la population est réfractaire aux vaccins, une commerçante a fermé son snack devant l'obligation de réclamer à ses clients le pass sanitaire. Un post sur internet a été vu 80 000 fois. D'autres commerçants du secteur qui la soutiennent lui ont emboîté le pas.

Fermer plutôt que contrôler. C'est le choix d'une commerçante de Lodève dans l'Hérault. Alors qu'une partie de la population est réfractaire aux vaccins, Isabelle Julien refuse de réclamer le pass sanitaire à ses habituels clients. Une colère qu'elle a postée sur les réseaux sociaux, vue plus de 80 000 fois en trois jours. Depuis l'obligation du pass sanitaire, son chiffre d'affaires a chuté de  80 % . Sa clientèle, à majorité non vaccinée risque des amendes. Isabelle refuse de jouer au gendarme. 

Je suis native de Lodève. Il y a des gens qui m'ont vue grandir. Je ne me vois pas leur demander leur pass. Leur refuser un café, c'est discriminatoire.

Isabelle Julien, restauratrice à Lodève

Buzz

La restauratrice de 38 ans a décidé de fermer sa boutique un temps et le fait savoir sur un post lancé sur les réseaux sociaux. Résultat : elle fait le buzz. Plus de 80 000 personnes ont vu sa publication en trois jours. Elle a été partagée plus de 900 fois.


   
 "Nous ne sommes pas des anti vaccin , mais qui sommes-nous pour scanner les gens", s'indigne la jeune femme.
   
 La semaine dernière une de ces clientes sans pass a été contrôlée  sur sa terrasse. Le contrôle s'est mal passé.

A Lodève, ce samedi 21 août jour de marché, d'autres commerçants ont suivi le mouvement en allant à la rencontre de la population et en allumant des cierges autour d'un cercueil symbolisant la mort du petit commerce.

  
   "Nous soutenons cette commerçante qui a le courage de ses opinions et ne demande rien à personne, précise Pierre, également coomerçant à Lodève. Notre villlage est une commune pauvre. Les bars et restaurants sont très importants pour la population. C'est du lien social, cela empêche les gens de sombrer dans la déprime. C'est discriminant d'avoir à demander un pass et impossible de le faire avec des gens que l'on connaît. Beaucoup de commerces ont fermé depuis le début de la crise et la mise en place du pass sanitaire ne va faire qu'aggraver les choses" .