Béziers : une patiente de 41 ans meurt à l'hôpital après une fausse-couche

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault
Béziers (Hérault) - le centre hospitalier - archives.
Béziers (Hérault) - le centre hospitalier - archives. © google street view

Une femme prise en charge en gynécologie obstétrique pour une fausse-couche samedi 13 novembre, au centre hospitalier de Béziers, est décédée le lendemain. La victime était mère de 4 enfants, dont un bébé de 13 mois.

La famille est encore sous le choc. Une patiente quadragénaire est morte à l'hôpital de Béziers le lendemain de son admission dans le service de gynécologie obstétrique. Elle y était soignée après avoir fait une fausse-couche à son domicile.

Pour les proches de la victime, elle aurait fait une hémorragie interne suite à cette fausse-couche, ils soupçonnent une erreur médicale. Du côté du centre hospitalier, c'est l'hypothèse d'un problème cardiaque qui aurait été avancée.

Ce décès "brutal", selon les propres termes de l'hôpital, a été immédiatement signalé au procureur de la République de Béziers.

Une prise en charge puis une hospitalisation

La femme a été prise en charge par le service des urgences le samedi 13 novembre dans la matinée, puis, plus tard dans la soirée, elle a été hospitalisée dans le service obstétrique. Elle y est décédée le dimanche au matin.

"Une procédure administrative et médicale - un obstacle médicolégal - a été réalisée afin de déterminer les raisons réelles de la mort" explique l'hôpital. "Le certificat médical de décès signé par un médecin du Centre Hospitalier, le précise".

Selon sa fille, Aya, 15 ans, dont nos confrères de France Bleu Hérault ont recueilli le témoignage, elle aurait été renvoyée chez elle entre son arrivée aux Urgences et son hospitalisation en gynécologie obstétrique.

Ma mère souffrait d'atroces douleurs au ventre. J'étais avec elle. Elle avait du mal à marcher. Après une échographie, on nous a demandé de rentrer à la maison vers 16h30.

Aya, fille de la victime.

Témoignage de France Bleu Hérault.

Mais vers 18h, devant la douleur de sa femme, le mari décide de transporter son épouse à la clinique Champeau pour une autre expertise. "On a refusé de la recevoir car elle avait été vue à l'hôpital" confie sa fille. "Nous y sommes alors retournés (ndlr : au centre hospitalier de Béziers).".

Une information judiciaire et une enquête médicale interne

Suite au décès, une information judiciaire a été ouverte pour homicide involontaire par le procureur de Béziers.

Dans un communiqué, le centre hospitalier de Béziers précise la procédure mise en place pour comprendre ce drame.

Parallèlement à l'alerte du procureur et à l'enquête interne administrative et médicale, toutes les données d’ordre médical ont été communiquées à la justice et l'Agence Régionale de Santé Occitanie a été informée. Un travail interne d'analyses des circonstances de ce décès a été réalisé.

Une rencontre avec la famille

Trois jours après le décès de la patiente, une rencontre entre la famille de la victime et les professionnels de santé qui l'ont pris en charge, a été organisée au centre hospitalier de Béziers, en présence du médecin médiateur.

Toutes les informations d'ordre médicales ont été transmises à la famille. Un soutien psychologique et une rencontre avec le service social ont été proposés à la famille de la défunte.

Communiqué de presse de l'hôpital de Béziers.

La victime d'origine marocaine vivait à Béziers depuis trois ans après avoir résidé 17 ans en Espagne.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.