Cet article date de plus de 4 ans

Bogotá : Andrés Roca Rey et Sébastien Castella enflamment la feria

Pour l'avant-dernière corrida de la Feria de la Libertad, les arènes de la Santamaría à Bogotá accueillaient ce dimanche les deux toreros les plus audacieux du moment : le biterrois Sébastien Castella et le péruvien Andrés Roca Rey. Émotions garanties!
À Bogotá, les arènes se sont bien remplies pour l'avant dernière corrida du cycle.
À Bogotá, les arènes se sont bien remplies pour l'avant dernière corrida du cycle. © DR
Bogotá (Colombie)
Plaza de toros de la Santamaría

dimanche 12 févier 2017
 


7 Toros de Juan Bernardo Caicedo, de belle allure et de jeux variés. Le troisième s'étant cassé une corne, Andrés Roca Rey a combattu celui que le tirage au sort avait désigné comme sixième. Le toro remplaçant est sorti en piste en septième position.
Luis Miguel Castrillón (confirmation d'alternative) :  une oreille et silence
Sebastien Castella : ovation et deux tours de piste (forte bronca à la présidence qui avait refusé l'oreille)
Andrés Roca Rey, deux oreilles et silence (un avis).

Entrée: 8/10. 

Luis MiguelCastrillón a confirmé son alternative avec le toro Sacristán, nº 700. C'est torero fin, il maîtrise sans effort les enchaînements désormais obligtoires de la tauromachie actuelles, mais il reste prudent et ne pèse guère sur la trajectoire des toros. Il est encore loin de l'engagement de ses deux compagnons du jour.

Andrés Roca Rey arrive au bout d'une campagne américaine harassante, mais sa fougue est intacte et son mépris du danger toujours aussi bluffant.

Sébastien Castella, trop insistant avec son premier adversaisre, a pris une rouste mémorable au quatrième et s'est remis devant les cornes comme on reprend sa promenade après avoir relacé ses souliers.



Bogotá, 12 février 2017

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie