Cet article date de plus de 3 ans

Le Dalaï Lama dénonce les dérives du maître bouddhiste du temple de Lodève

Le maître bouddhiste du temple de Lérab Ling, Sogyal Rinpoché, près de Lodève est accusé par plusieurs de ses anciens disciples d'abus physiques, sexuels et psychologiques. Début août, le Dalaï lama en personne a réagi et a prononcé la disgrâce du lama de Roqueredonde.
Sogyal Rinpoché, le maître du temple bouddhiste de Roqueredonde près de Lodève, au palais omnisport de Paris - archives.
Sogyal Rinpoché, le maître du temple bouddhiste de Roqueredonde près de Lodève, au palais omnisport de Paris - archives. © JOEL ROBINE / AFP
Après des années de silence, le Dalaï Lama a finalement pris position sur les dérives de Sogyal Rinpoché, le lama du temple de Roqueredonde, près de Lodève. Le 1er août, lors d’une conférence au Ladhak, en Inde, la plus haute autorité spirituelle du bouddhisme, le Dalaï Lama a évoqué la situation de Sogyal Rinpoché.

Sogyal Rinpoche était un très bon ami. Mais maintenant il est disgracié. Ses propres élèves ont rendu public leurs critiques.


La disgrâce est en effet prononcée deux semaines après la parution d'une lettre ouverte de 8 anciens étudiants du maître bouddhiste. Dans cette dernière, ils dénoncent le mode de vie extravagant de Sogyal Rinpoché, mais surtout ses abus physiques, psychologiques et sexuels. 

Nous avons pu joindre un des anciens élèves. Sa fille aurait été victime de ses dérives sexuelles : 


Pendant que moi j'étais en retraite, il profitait de ma fille. On a pas le droit en tant qu'être spirituel de causer autant de dommages à un être humain.


Les témoignages contre le lama de Lodève s'accumulent depuis l'an dernier et la sortie du livre «Les dévots du bouddhisme». Sogyal Rinpoché est depuis injoignable en période de retraite et de réflexion.

Les explications de Pauline Pidoux.
durée de la vidéo: 01 min 27
Le Dalaï Lama dénonce les dérives du maître bouddhiste du temple de Lodève ©France 3 LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société polémique justice faits divers