Hérault : le maire de Lignan-sur-Orb jugé pour harcèlement moral envers des employés communaux

Publié le
Écrit par Valérie Luxey
La mairie de Lignan-sur-Orb (Hérault) - archives.
La mairie de Lignan-sur-Orb (Hérault) - archives. © Google map

Ils sont soupçonnés d'avoir voulu pousser 3 agents administratifs à la démission : le maire de Lignan-sur-Orb Jean-Claude Renau et 3 employés municipaux de cette commune héraultaise comparaîtront le 26 août prochain devant la justice pour harcèlement moral.

Faire la lumière sur ce qui s'est passé à la mairie de Lignan-sur-Orb dans l'Hérault : ce sera la tâche de la justice, le 26 août prochain. Une audience fixée à 13 heures 30, durant laquelle seront examinés les soupçons de harcèlement moral qui pèsent sur le maire (DVG) de la commune Jean-Claude Renau et sur 3 de ses employés municipaux.

Les victimes seraient 3 autres agents communaux qu'ils auraient voulu pousser à la démission.

Gardes à vue

Le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland, précise que les investigations ont débuté au début du printemps :

L’enquête mettant en cause le maire de Lignan-sur-Orb et trois employés de cette commune a débuté le 5 mars 2021 par une plainte de l’ adjoint au directeur des services techniques de la commune pour des faits de harcèlement. Ils ont été placés en garde à vue les 14 juin et 15 juin 2021 à la brigade de Cazouls-les-Béziers.

Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers.

Conversations enregistrées

Les quatre hommes devront donc comparaître devant le tribunal correctionnel de Béziers pour des faits de harcèlement moral commis au préjudice du directeur technique de la commune, de son adjoint et d'un employé.
Selon nos confrères de France Bleu Hérault, les victimes auraient subi insultes, délation, filatures et actes malveillants durant plusieurs mois et jusqu'à un an pour l'une d'entre elles. Jusqu'à ce qu'elles décident d'enregistrer les échanges entre l'élu et ses complices présumés, puis à porter plainte.

Peines encourues : 2 ans de prison

En vertu de l'article 222–33–2 du code pénal, les peines maximales encourues par les prévenus pour ces délits sont de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. La loi prévoit aussi des peines complémentaires comme l'interdiction d'exercer une fonction publique ou la privation du droit d'éligibilité.

Le maire se dit "serein"

Interrogé par nos confrères, Jean-Claude Renau refuse de s'exprimer sur le fond du dossier et dit faire confiance à la justice. Il se décrit comme "serein : si j'avais fait du mal à ces gens-là, je le comprendrais, mais ce n'est pas le cas".
Agé de 66 ans, Jean-Claude Renau a été réélu en 2020 pour un second mandat à la tête du conseil municipal de Lignan-sur-Orb. De 2014 à 2020, il a également été vice-président de l'agglomération de Béziers Méditerranée, délégué à la gestion des déchets.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.