• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Lunel : l’institutrice soupçonnée d’avoir tué sa mère libérée sous contrôle judiciaire

illustration / © F3 LR F.Guibal
illustration / © F3 LR F.Guibal

L’institutrice soupçonnée d’avoir tué sa mère, âgée de 67 ans et habitante de Lunel, a été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire ce mercredi. Elle était incarcérée depuis 8 mois à la prison de Nîmes.
 

Par Joane Mériot

Sa troisième demande de remise en liberté vient d’être acceptée. Karine Heuby, l’institutrice accusée d’avoir tuée sa maman en décembre 2017 a été libérée sous contrôle judiciaire ce mercredi.

Elle était incarcérée à la prison de Nîmes depuis juillet 2018.

Examen de la personnalité favorable


Selon son avocat Maitre Jean-Marc Darrigade, le rapport de l’examen de la personnalité de la suspecte a pesé dans la balance, pour cette 3ème demande de remise en liberté :


Autant le psychologue que le psychiatre parle d’une personnalité très cohérente et d’une dame très affectée par le décès de sa maman, même si l'exeprtise psychologique n'est en rien une preuve de culpabilité ou non ajoute l'avocat, elle a pesé dans la balance pour cette demande de libération. Cette libération n’a juridiquement pas de signification ni dans un sens ni dans l’autre mais cela reste une bonne nouvelle ajoute t-il.

Déchainement de violence


Les faits remontent au 8 décembre 2017, le corps de la victime, une retraitée âgée de 67 ans, avait été retrouvé, gisant sur le sol dans son pavillon à Lunel.

L'autopsie avait établi que cette retraitée était morte étranglée ou étouffée, après avoir reçu des coups. Les enquêteurs parlent même d'un véritable déchaînement de violence.
Très vite, la piste du cambriolage est écartée et la piste familiale est privilégiée. Les soupçons se portent alors vers sa fille à cause " des relations conflictuelles et particulières qui existaient entre la mère et la fille".

La fille est alors arrêtée et placée en détention, pas moins de 6 mois après le drame.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus