Un avocat de Montpellier entre au nouveau gouvernement Fofana en Guinée

Vote à Conakry le 28 septembre 2014 / © CELLOU BINANI / AFP
Vote à Conakry le 28 septembre 2014 / © CELLOU BINANI / AFP

Il s'appelle Cheick Sako avocat au barreau de Montpellier et il vient d'être nommé ministre de la justice de Guinée dans le nouveau gouvernement de Mohamed Saïd Fofana

Par Laurence Creusot

Le président guinéen Alpha Condé a nommé le 20 janvier les membres du gouvernement dirigé par l'économiste Mohamed Saïd Fofana, comprenant au total 34 ministres. Parmi les 15 nouveaux ministres y figure un avocat inscrit au barreau de Montpellier Cheick Sako.

"On m'a choisi pas pour être ministre mais pour être ministre de la justice" Maître Sako insiste sur sa qualité de juriste et d'expert. 
Cet avocat de nationalité franco-guinéenne vit depuis 37 ans à Montpellier, Il a ouvert son cabinet il y a 22 ans mais a toujours conservé une action de conseil à destination du Niger, de l'Arménie ou encore de la Cour Pénale Internationale de la Haye. Il réalise des missions de transfert de connaissances depuis plus de dix ans y compris pour le compte de l'Unesco.
L'an dernier Cheick Seko a participé à un projet de réforme judiciaire en Guinée.
Enfin il préside l'association juristes sans frontières créée en 1992 à Montpellier.

L'avocat Cheick Seko / © document barreau de Montpellier
L'avocat Cheick Seko / © document barreau de Montpellier


Un deuxième gouvernement Fofana
Le nouveau gouvernement est formé deux jours après la reconduction de Mohamed Saïd Fofana au poste de Premier ministre. Après trois ans comme chef de gouvernement, M. Fofana avait démissionné avec son équipe le 15 janvier, deux jours après l'installation de l'Assemblée nationale issue des élections législatives du 28 septembre.
Parmi les entrants, on compte le ministre de la Justice Cheick Sako, jusqu'alors avocat au barreau de Montpellier (France), le ministre de
la Santé Remy Lamah, un colonel et médecin militaire précédemment patron des services de santé de l'armée guinéenne.
La liste du gouvernement publiée lundi soir ne comprend aucun responsable connu de l'opposition, dont un porte-parole, Aboubacar Sylla, avait déjà qualifié de "non-évènement" la reconduction de M. Fofana.
Composée en majorité de membres du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), parti du président Condé et de ses alliés - coalition majoritaire au Parlement -, la nouvelle équipe compte cinq femmes. Seize personnalités quittent le gouvernement, et un ministère, celui des Affaires religieuses, a été supprimé.


De nombreuses attentes
Le changement d'équipe gouvernementale intervient dans un contexte où "les attentes sont nombreuses", avait reconnu le Premier ministre lui-même dans une déclaration enregistrée dimanche et diffusée par la télévision publique guinéenne.
"A court terme, nous devons engager des actions et de grands investissements à fort impact économique, social et, pourquoi pas, politique, pour aller au-devant des besoins des citoyens. Il faut qu'il y ait plus d'eau, plus d'énergie pour les populations, plus de routes, plus d'infrastructures sanitaires et scolaires, avait-il dit, en promettant de "s'attaquer à certaines anomalies en matière de gouvernance" et à la corruption.
A Montpellier Cheik Sako nouveau ministre de la justice explique qu'il est conscient des difficultés à venir. "On espère que cela va aboutir"


La Guinée en Afrique de l'ouest / © visioguinée.info
La Guinée en Afrique de l'ouest / © visioguinée.info


La Guinée
La Guinée est l'un des principaux exportateurs de bauxite dans le monde et possède des gisements de minerai de fer très convoités, mais aussi de l'or, des diamants et du pétrole.
En dépit de ce potentiel minier considérable, ses quelques 11 millions d'habitants restent majoritairement pauvres : plus de la moitié des Guinéens vit avec moins d'un euro par jour.
Le président Condé a entrepris plusieurs réformes, en particulier du secteur des mines et le pays a obtenu en 2012 un allègement de sa dette.

Sur le même sujet

Les + Lus