Cet article date de plus de 7 ans

Le "cambrioleur au message" a été arrêté par la sûreté de Montpellier et écroué

Un SDF suspecté d'au moins 52 cambriolages d'appartements à Montpellier, et son complice viennent d'être interpellés. Avec un palmarès de 25 condamnations antérieures, il encourt 7 ans de prison. Sur le lieu de ses forfaits, il laissait un message assorti de menaces, signé "B.P 91".

L'homme aux 52 cambriolages, bien connu de la justice, est en fait un toxicomane notoire. Il lui faut en moyenne, 100 euros par jour, pour sa drogue. D'où son activité de voleur bien rôdée.

Il cambriolait régulièrement, à Montpellier, des appartements étudiants situés au 1er étage. Avant de partir, il laissait un mot assorti de menaces, parfois de mort, enjoignant les victimes à ne pas prévenir la police. Mot signé B.P 91.

"A l'attention des victimes, n'appelez pas la police, je vous connais. B.P 91".


Le "B.P 91" a intrigué les enquêteurs a expliqué le commissaire de Sûreté départementale Benoît Desmartin. En fait, il s'agissait des initiales de "Butte Paillade 1991", l'un des groupes de supporteurs du club de football de MHSC.
Il a été mis en examen pour "vols en réunion" et écroué. Un autre homme, soupçonné d'avoir été son complice, pour au moins un des vols, a été également mis en examen et écroué.

L'homme de 25 ans a voulu "solder" son passé

Le toxicomane âgé de 25 ans a reconnu avoir commis 14 cambriolages. Et puis, "pour effacer le passé" a-t-il déclaré, il a conduit les policiers à 38 autres adresses qu'il a visitées. Soit un total de 52 cambriolages, au cours des 6 derniers mois.
L'interpellation a été possible après que le principal suspect a été reconnu par une des victimes.

Même si les policiers présentent des taux d'élucidations de plus de 80%, les cambriolages sont en recrudescence à Montpellier, entre 10 et 15 par jour, 13 en moyenne, en zone police, soit 3.000 par an.

durée de la vidéo: 01 min 40
Montpellier : le cambrioleur au message arrêté et écroué

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police sécurité faits divers justice