Démantèlement de 3 réseaux de prostitution qui opéraient entre Nîmes et Avignon

Illustration / © Maxppp
Illustration / © Maxppp

Trois réseaux de prostitution qui opéraient sur des routes départementales entre Nîmes et Avignon, avec des ramifications en Bulgarie et Roumanie, ont été démantelés mardi, a-t-on appris ce vendredi auprès de l'office central pour la répression des êtres humains. 12 personnes ont été arrêtées.

Par FD avec afp


"Suite à une enquête de 15 mois, trois réseaux ont été identifiés, qui opéraient avec quelques prostituées françaises mais surtout des prostituées roumaines et bulgares", a expliqué à l'AFP Jean-Marc Droguet, patron de l'OCRTEH, l'office central pour la répression des êtres humains.

Les 3 réseaux se partageaient le territoire avec une trentaine de filles gérées par des souteneurs en prison

Deux étaient gérés par deux Bulgares déjà incarcérés à Nîmes et Béziers et en attente de jugement pour les mêmes faits. Depuis leur centre de détention, les deux hommes passaient des ordres notamment à des Nîmois et des Avignonnais leur servant de lieutenants.
Les jeunes femmes se prostituaient sur les routes départementales entre Nîmes et Avignon.

Une trentaine de jeune filles ont été identifiées et ont expliqué être traitées avec "une extrême violence, des menaces avec armes et des coups et blessures" par leurs souteneurs, selon Jean-Marc Droguet.


Les responsables des trois réseaux se retrouvaient dans un hôtel au nord de Nîmes où les prostituées étaient logées. "Ils se réunissaient pour organiser, entre autres, leur hégémonie sur leur territoire", souligne le patron de l'OCRTEH.

10 hommes et 2 femmes ont été interpellés mardi dans divers lieux, avec le concours du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier et de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille.
Des arrestations ont également eu lieu simultanément en Roumanie et Bulgarie.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus