La Fédération française de la Course Camarguaise basée à Nîmes dépose le bilan

Eleveurs aux Saintes-Maries-de-la-mer / © GERARD JULIEN / AFP
Eleveurs aux Saintes-Maries-de-la-mer / © GERARD JULIEN / AFP

La Fédération française de la Course Camarguaise (FFCC), dont le siège est installé à Nîmes, a été déclarée en cessation de paiement, à la suite d'une grave crise financière, a indiqué son comité directeur. Ce sport également appelé bouvine, est une forme de tauromachie sans mise à mort de l'animal.

Par Fabrice Dubault


La FFCC est en cessation de paiement

Le déficit financier serait d'au moins 120.000 euros. Sans parler d'une gestion "opaque" et de la démission du président de la FFCC en décembre dernier, rien ne va plus à la Fédération française de la Course Camarguaise.

Afin de protéger les intérêts de la Fédération Française de la Course Camarguaise et ceux de ses différents acteurs, tout en permettant le lancement de la saison des courses 2016, le Comité Directeur a pris en responsabilité la décision de déclarer la FFCC en cessation de paiement au Tribunal de Grande Instance de Nîmes", indique la fédération dans un communiqué publié mardi soir sur son site.


"Il va solliciter l'accompagnement de la DRJSCS (Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, ndlr) lors de son rendez-vous du jeudi 7 janvier et tiendra les licenciés informés de toute la procédure et de la date possible des prochaines élections", ajoute le texte.

Le président de la FFCC, Gérard Batifort, avait démissionné en décembre après le rejet en interne du plan d'urgence, qui impliquait un changement des statuts proposé pour sauver une fédération rongée par des années de mauvaise gestion et une accumulation de dettes.

Nîmes : la Fédération de la Course Camarguaise en cessation de paiement
Reportage F3 LR : E.Jubineau - F3 LR

La tradition séculaire de la bouvine en Camargue

La course camarguaise, héritière de jeux taurins et de rituels d'initiation pratiqués dans la région depuis des siècles, oppose - sans mise à mort, contrairement à la corrida importée d'Espagne - de jeunes hommes, les raseteurs, à un taureau dit cocardier.

Les raseteurs défient le taureau en cherchant à aller décrocher sur et entre ses cornes des attributs à l'aide de crochets. Ils échappent aux charges de l'animal en bondissant sur les grilles et parois de bois bordant la piste des arènes. 
Les attributs rapportent des points qui permettent de déterminer le meilleur des raseteurs dans les différentes manifestations de chaque catégorie.

Les courses camarguaises se pratiquent dans le Gard, les Bouches-du-Rhône, l'Hérault et le Vaucluse. Les plus prestigieuses ont lieu dans les arènes d'Arles et de Nîmes.
Elles constituent également un atout touristique pour les villes organisatrices, qui espèrent donc que la saison 2016 ne sera pas compromise par les déboires financiers de la fédération.

Sur le même sujet

Les + Lus