Fraude à la CCI de Montpellier : de la prison avec sursis requise contre les 11 prévenus

Ce deuxième jour du procès des élections truquées de la CCI de Montpellier était promordial. Gabrielle Deloncle, qui avait été élue après ce scrutin controversé en 2010, a été entendue comme témoin. Le procureur a requis jusqu'à 4 mois de prison avec sursis contre les 11 prévenus.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Gabrielle Deloncle, ancienne présidente du CCI était-elle au courant du système frauduleux mis en place par ses équipes lors de l'élection qui l'a propulsée contre toute attente à la tête de la CCI en 2010  ?

Un témoignage de près de 3 heures


Un temps inquiétée dans cette affaire, la présidente de la CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises) de l'Hérault se présentait finalement comme simple témoin ce mercredi matin. Un témoin secoué pendant près de 3 heures par le président et les avocats des prévenus.


L'ancienne présidente de la CCI a maintenu qu'elle n'a jamais été au courant des fraudes qui ont permis son élection. Au président qui lui demande comment cela est possible, elle répond que c'est incompréhensible.

Reportage à Montpellier.

S. Banus et B. De Tugny

Jusqu'à 4 mois de prison avec sursis


Dans ses réquisitions, le procureur adjoint de Montpellier Yves Micolet a demandé d'entrer en voie de condamnation pour l'ensemble des 11 prévenus pour des peines allant de 4 mois de prison avec sursis à des amendes simples. La journée de demain jeudi sera consacrée aux plaidoiries de la défense.