Manitas de Plata est décédé la nuit dernière à Montpellier

© AFP
© AFP

Le chanteur guitariste de flamenco, Manitas de Plata, originaire de Sète dans l'Hérault, s'est éteint la nuit dernière dans une maison de retraite de Montpellier. Il était âgé de 93 ans. Retour sur son parcours exceptionnel avec des documents d'archives.

Par Jean-Marc Huguenin

Selon une information relayée par nos confrères du Midi Libre, le chanteur guitariste de flamenco, Manitas de Plata, né à Sète dans une caravane, il y a 93 ans, est décédé dans la nuit de mercredi dans une maison de retraite de Montpellier. C'est sa fille Françoise qui a annoncé la triste nouvelle ce jeudi.

Retour sur son parcours avec Caroline Agullo
Nécrologie de Manitas de Plata
Manitas de Plata est décédé la nuit du 5 au 6 novembre 2014 à l'hôpital de Montpellier.


Le guitariste gitan Manitas de Plata fut l'un des plus importants vendeurs de disques de l'histoire en France avec 93 millions d'albums vendus dans le monde, avait été placé en maison de retraite en août.

De son vrai nom Ricardo Baliardo (Manitas de Plata signifiant  "petites mains d'argent" ou "doigts de fée"), a été le successeur de Django Reinhardt.
Le musicien illettré, qui signait avec des lettres bâtons y ajoutant les dernières années son espièglerie, un S transformé en dollar, s'est produit sur les scènes mondiales les plus prestigieuses. Il a ainsi joué au Carnegie Hall de New York, en décembre 1965, son meilleur souvenir, ou encore au Royal Albert Hall de Londres.

Son dernier concert remontait à 2010, à l'ouverture de la Feria des vendanges à Nîmes. Il était alors accompagné d'une trentaine de guitaristes.
Depuis, il ne pouvait plus. "Je suis malade", lançait-il d'emblée à tous ses visiteurs. Manitas de Plata, qui fut l'ami de Pablo Picasso, Salvador Dali ou encore Jean Cocteau a fini sa vie dans un minuscule studio à La Grande Motte dans l'"Hérault, entouré d'une foultitude d'objets, dont sept guitares ou un disque d'or cassé.

"J'ai brûlé la vie. J'ai vécu mes deux passions. La musique et les femmes", expliquait-il, reconnaissant n'avoir jamais économisé. Il a également eu des problèmes avec le fisc et à 90 ans il continuait à payer son redressement fiscal.
En 2011, lors de son anniversaire, fêté en grande pompe à la Grande Motte, Manitas de Plata n'avait eu finalement qu'un seul regret: "Après moi, il n'y a personne en France. Je suis inquiet pour la musique gitane".

La date des obsèques de Manitas de Plata devrait être connue dans la journée.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus