• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Montpellier, on pourra bientôt payer son stationnement avec son smartphone

On pourra payer son stationnement avec son smartphone dès lundi à Montpellier - janvier 2015 / © France 3 LR
On pourra payer son stationnement avec son smartphone dès lundi à Montpellier - janvier 2015 / © France 3 LR

Dès lundi à Montpellier, le parcmètre risque de devenir "has-been" pour payer son stationnement. Il sera désormais possible de régler une place de parking avec son smartphone mais les horodateurs restent en service.

Par Zakaria Soullami


Pour les adeptes du smartphone, l'adaptation à cette nouvelle application ne devrait pas poser problème. Dès lundi, il sera possible de payer une place de parking à Montpellier avec son téléphone. Les 700 horodateurs montpelliérains resteront tout de même en service. Le coût du nouveau système est estimé 300.000 euros. Aucune hausse de prix n'est prévue, pour l'instant.

Le service sera disponible dans toutes les rues payantes de Montpellier, soit environ 12.000 places de parking.

Un système simple et rapide

Il suffira d'une connexion internet pour profiter du système. Depuis sa voiture avec un smartphone ou encore avec un ordinateur. Il faut simplement renseigner sa plaque d'immatriculation et la durée du stationnement et le tour est joué. Les résidents bénéficieront toujours d'un tarif préférentiel et pourront également faire toutes leurs démarches à partir d'un smartphone.

Un procès verbal dématérialisé pour tous

Un boîtier permettra aux agents de surveillance de la voie publique de vérifier si le stationnement est réglé ou pas. En cas d'infraction, le procès verbal sera dressé et envoyé directement dans la boîte aux lettres du contrevenant.

Nouveauté : tous les procès verbaux seront dématérialisés à partir de lundi, que l'on utilise un horodateur ou un smartphone.

Retrouvez toutes les informations sur le stationnement à Montpellier.

Reportage à Montpellier
A Montpellier, on pourra payer son stationnement avec son smartphone dès lundi
C. Alazet et A. Ployart

 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus