Cet article date de plus de 8 ans

A Montpellier, les sportives voilées regrettent les propos de Manuel Valls

Au FC Petit Bard, les joueuses voilées sont interdites de compétition à 11. Une position française de principe rappelée mardi au Sénat par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, alors que plusieurs fédérations internationales autorisent désormais les sportives musulmanes à concourir voilées.
Au FC Petit Bard, à Montpellier, la déception est grande après les propos du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, concernant l'interdiction du port du voile dans les compétitions sportives. "La position du gouvernement français est claire: on ne met pas de voile pour faire du sport" a déclaré M. Valls, mardi 19 février, lors des questions orales du Sénat au gouvernement.

Certaines ont renoncé à leurs ambitions

Dans le gymnase des Cévennes, l'entraînement est ouvert à toutes, voilées ou non. Mais les compétitions à 11 sont réservées à celles qui jouent tête nue. Les autres ont dû se rabattre sur le football à 7. Pour certaines, cela signifie renoncer à de plus grandes ambitions sportives. Leurs camarades regrettent ce qu'elles considèrent comme une stigmatisation.

Cette polémique intervient alors que plusieurs fédérations internationales, parmi lesquelles celle de karaté, ainsi que la FIFA pour le football, autorisent désormais les musulmanes à concourir voilées. Les premières sportives coiffées d'un foulard sont ainsi apparues aux Jeux Olympiques de Londres, en juillet 2012. En mars 2012, dans l'Aude, un arbitre avait refusé de faire jouer un match de football féminin pour cause de port du foulard.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion sport polémique