Philippe Saurel promet à Montpellier une année 2015 électrique

Le maire de Montpellier a présenté ses voeux aux habitants de la ville et aux élus, dans le froid, sur le parvis de l'hôtel de ville. Quelques accords de guitare électrique ponctuaient un discours en forme d'inventaire des réalisations de 2014 et de programme politique pour 2015.

Le parvis de la mairie de Montpellier ressemblait à une ZAT (zone artistique temporaire) avec ses braseros et ses tentes. Philippe Saurel l'avait annoncé sur les affiches dans la ville, le 6 janvier à 18 h 00 : il invitait tous les Montpelliérains aux voeux de la mairie sur le parvis. Pas besoin de carton d'invitation. Chacun pouvait venir.

Vers 18 h 10 Philippe Saurel et son équipe montent sur le podium. La foule n'est pas très dense.
Premiers accords de guitare électrique, signes du changement de style à la mairie. Les élus sourient, sautillent, les Montpelliérains s'interrogent.
Philippe Saurel promet alors "une année 2015 électrique". Mais il veut d'abord raconter 2014.
Commence alors une longue énumération des réalisations et promesses tenues depuis 9 mois.
Le gel des impôts locaux, les policiers supplémentaires, les caméras de surveillance (1,6 million d'euros), la baisse des tarifs du tram, le sauvetage du parc Montcalm.
La foule s'est répartie sous les tentes pour avoir plus chaud et certains prennent position devant les buffets.
Philippe Saurel promet avec un grand sourire un long discours "à la Fidel Castro".


Le maire de Montpellier rappelle qu'il a été reçu par François Hollande. Qu'il a d'excellentes relations avec le gouvernement mais aussi avec les habitants de Montpellier. Il veut que la ville devienne un phare, prône "une gauche non dogmatique". Il fait allusion ensuite aux bonnes relations qu'il tisse avec le maire de Toulouse, l'autre grande ville de la future région.

S'en suit un nouvel inventaire celui des projets culturels : une statue en hommage à  Manitas de plata, un nouveau Cinemed, la prochaine ZAT organisée dans le quartier des grisettes ou encore le déménagement programmé du conservatoire. 

Nouveaux accords de guitare façon Jimi Hendrix. On commence à avoir froid aux pieds. Une demie heure est passée.

Arrive 2015. Avec des accents frêchiens dans la voix, Philippe Saurel annonce la création d'un pôle métropolitain regroupant 40 communes "pour travailler ensemble". 
Il imagine une grande réunion de tous les conseillers élus au château de Castries. "Mais c'est pour le fun".

Les élections départementales seront l'occasion de présenter des listes citoyennes dans chaque canton.
"Listes sans partis mais pas sans patrie".
"Il était question d'un accord avec le conseil général et le PS. Ils n'ont pas voulu. Tant pis pour eux. On va tout gagner" prévient le maire divers gauche de Montpellier.

Pour les régionales, Philippe Saurel espère que les socialistes feront une place aux jeunes et aux Languedociens.
Il conclut en citant le pape François.
La dernière note est pour le guitariste.

Tout le monde est frigorifié. Les deux cents personnes qui sont restées jusqu'au bout se ruent sur les buffets installés sous les tentes.