La reconstitution en 3D de l'embryon humain première mondiale à Montpellier

Cette représentation et modélisation d'un embryon humain en 3D grossie 40 000 fois pourrait révolutionner les fécondations in vitro. Elle permet une qualité de sélection jamais égalée. La vidéo est étonnante.

Un embryon grossi 40 000 fois pour permettre un examen précis de sa morphologie
Un embryon grossi 40 000 fois pour permettre un examen précis de sa morphologie © France3 LR/ Sandrine Navas
Les médecins spécialisés auteurs de cette avancée scientifique majeure n'hésitent pas à parler de première mondiale.
Les professeur et docteurs Samir  Hamamah, Elodie Scalici et S. Mérigeaud ont réussi à reconstituer et à imprimer en 3D des embryons humain destinés à une réimplantation dans l'utérus des futurs mamans.

Dans le cas d'une assistance médicale à la procréation le critère de choix est la morphologie. jusqu'à maintenant la sélection via le microscope électronique était limité. Et on aboutissait à un taux d'échec de 80 % des fécondation in vitro.

D'où l'intérêt de cette première qui consiste à observer l'embryon humain conçu in vitro en 3D.
Les chercheurs espèrent que cette découverte permettra de réduire le taux d'échec.
 Embryon modélisation en 3D vue de haut
Embryon modélisation en 3D vue de haut © CHRU MOntpellier

Une nouvelle technique
Une nouvelle technique d’analyse d’image assistée par ordinateur permet la reconstitution de l’embryon humain préimplantatoire en 3D
Cette nouvelle technique de reconstitution 3D de l’embryon humain préimplantatoire est réalisée à partir de plusieurs coupes visualisées en microscopie optique inversée standard.

En effet, des prises de vue serrées sont effectuées et peuvent ensuite être intégrées dans un logiciel pour établir une reconstitution en 3 dimensions grâce à la société Tridilogy

Cette modélisation en 3D est ensuite imprimée donnant ainsi naissance au premier embryon humain 3D « ex-vitro ».
durée de la vidéo: 01 min 49
La reconstitution en 3 d d'un embryon humain au CHU de Montpellier


Il s’agit d’une approche non invasive permettant d’observer en 3D l’embryon humain dans sa globalité et non pas sur un seul plan comme cela se fait en routine depuis une trentaine d’années.
Cette technique permet ainsi une meilleure observation microscopique de l’embryon humain et donc une amélioration significative du choix de l’embryon à replacer dans la cavité utérine.

Un embryon humain modélisaé en 3D
Un brevet international sur cette technique a été déposé le 1er juillet 2014. 
Un millier de FIV (fécondation in vitro) sont réalisées chaque année au CHU de Montpellier.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche santé événements
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter