EN IMAGES. Agressions en série, surpopulation carcérale, l'accès à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone bloqué par les gardiens ce lundi

Les gardiens de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, près de Montpellier, ont bloqué l'accès à l'établissement, ce lundi 22 janvier, jusqu'en milieu de matinée. Ils dénoncent des agressions qui se multiplient et un nombre trop important de détenus. Aucun entrée et aucune sortie n'était possible.

Trop d'agressions parmi les surveillants et une population carcérale trop nombreuse, les gardiens de la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l'Hérault, expriment leur ras le bol ce lundi 22 janvier. Depuis 6h30 et jusqu'en milieu de matinée, ils ont bloqué l'accès à l'établissement, comme a pu le constater sur place France 3 Occitanie. 

Plusieurs dizaines de manifestants se sont regroupés devant l'entrée de la prison dès 6h30 ce matin. Ils ont allumé un feu de palettes de bois pour se réchauffer. Les entrées et les sorties de l'établissement ont été empêchées jusqu'en milieu de matinée.

937 prisonniers pour 630 places, des matelas sur le sol, des lits rajoutés dans les cellules... Les conditions de travail sont suffisamment dégradées pour justifier de bloquer l'entrée de la prison, estiment les syndicats FO et Ufap-Unsa Justice qui organisaient le mouvement, ce lundi matin. La situation se serait même encore dégradée ces derniers mois, dénonçait un manifestant qui a interpellé la directrice de l'établissement : "on a plus de détenus et on a moins de personnel, il y a des agressions, on est obligés de répondre et ce n'est que le début, on ne peut pas continuer comme ça".

Les manifestants dénoncent également les agressions qui seraient de plus en plus fréquentes. Cinq incidents auraient ainsi été recensés ces quatre derniers jours.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité