Cet article date de plus de 5 ans

Castries : la décharge à ciel ouvert rouvre avec le feu vert de l'Etat

Le bras de fer autour de la décharge entre riverains et les pouvoirs publics reprend à Castries, en banlieue de Montpelier. En décembre dernier, suite à une pollution, l'état avait ordonné l'arrêt du stockage de déchets. L'interdiction vient dêtre levée. Un coup dur pour les associations locales.
La décharge à ciel ouvert de Castries, près de Montpellier, une éternelle source de conflit entre les riverains et les pouvoirs publics - 2016
La décharge à ciel ouvert de Castries, près de Montpellier, une éternelle source de conflit entre les riverains et les pouvoirs publics - 2016 © F3LR
En décembre dernier, l'état avait ordonné l'arrêt d'urgence d'une partie du site à cause d'une pollution au lixiviat, sorte de jus issus des déchets ou de composts. 

L'interdiction est désormais levée car selon la préfecture, les résultats d'analyses seraient satisfaisants, il n'y aurait pas d'impact sur l'environnement comme le prouve un retour à la normale concernant les eaux de drainage. 

La décharge de la métropole peut donc redémarrer ses activités à plein temps. Les rotaions de camions qui déversent les déchets non valorisables peuvent reprendre leurs rondes.  

De quoi faire bondir les riverains dont bon nombre dénoncent le manque d'information de la part de la préfecture.

Réunis en collectifs et en associations, ils dénoncent les nuisances de la décharge de Castries qui engrange quelque 80.000 tonnes de déchets ménagers chaque année, au coeur de la garrigue languedocienne.

Des associations comme St Drézéry nature environnement, ACiDC et "Sauvons Guzargues" ont prévu de bloquer les accès de la décharge de 7 heures à 9 heures jeudi matin .

durée de la vidéo: 01 min 43
Castries : nouvelle mobilisation des riverains contre la décharge ©F3LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société politique pollution