Confinement en camping : une bouffée d'air qui ne redonne pas le sourire aux professionnels de l'Hérault

Certains ont choisi la mer et le soleil plutôt que de rester chez eux : plusieurs familles se sont confinées dans l'Hérault où quelques résidences de vacances restent ouvertes. Mais les professionnels de l'Hôtellerie de Plein Air s'inquiètent de l'avenir. 

Seuls les résidents peuvent confiner en camping
Seuls les résidents peuvent confiner en camping © F.Jobard FTV

Foot, piscine ou vélo, ce nouveau confinement ressemble beaucoup à des vacances pour certains. Tonin, 6 ans, et ses grands-parents font partis des 60 personnes qui ont choisi de se confiner dans ce camping de la Grande-Motte. Si Tonin n'a pas vraiment l'intention de faire ses devoirs, sa grand-mère, ancienne institutrice, veille au grain. Cette famille d'Ardéchois a acheté un mobil-home en 2013. L'espace y est petit alors l'organisation est de mise. La grand-mère a tout prévu. 

"J'ai préparé les deux petits lits pour Tonin et Baptiste ," explique-t-elle. " Nous avons les jeux , l'ordinateur et les vêtements. "  

Aujourd'hui, ils sont très contents de pouvoir s'y confiner. 

Le camping nous a fait une attestation de domiciliation, donc normalement , il n'y aura pas de problème. Ici, c 'est la liberté ! Le matin, on ouvre le mobil-home et on est dehors, les enfants s'éclatent !  

Martine Tête, confinée dans le camping

Le directeur de ce camping a fait le choix de rester ouvert pour accueillir les familles confinées. Il a pour l’instant l’autorisation de la préfecture :

Les vacanciers ont de la restauration, ils ont le personnel d'accueil qui est là, ils peuvent réceptionner également leur courrier, ils peuvent fonctionner quasiment normalement.  

Mathieu Lescoche - directeur du camping Maina Resort 

Tous les touristes du week-end sont repartis alors que le camping était complet. C’est le cas de cette famille venue d’Isère et qui se trouve sur le départ. "On a passé un très bon week-end, nous serions bien restés toute la semaine, mais demain matin, on travaille !" 

Du côté des professionnels 

Du côté des professionnels, l'humeur est plus morose. Ils sont dans l'obligation de fermer jusqu'au 3 mai minimum. Seuls les campings qui accueillent des résidents, des vacanciers qui sont propriétaires de leur mobil-home, peuvent rester ouvert pour les recevoir, et ce pendant les 4 semaines obligatoirement. Mais sans accueillir les vacanciers de passages ou même sur réservation.

Beaucoup ont donc fermé leur établissement. A Marseillan, dans l'Hérault par exemple, seuls 4 campings sur 18 n'ont pas fermés leurs portes. Pour l'ensemble de la profession, c 'est un coup de frein à la veille de l'ouverture de la saison.

C'est un couperet ! Certains établissements avaient à peine rouverts depuis 15 jours. Et encore, nous étions ouverts sous restrictions, sans piscine ni restauration . Là, c'est tout le début de la saison qui tombe à l'eau.  

Marie-France Durancel, vice-présidente de la Fédération de l'Hôtellerie de Plein Air 34

 

Avec ce troisième confinement, la saison démarrera après les habituelles vacances de Pâques. Et la date de réouverture reste très incertaine et suspendue aux annonces du gouvernement. Certains n'ouvriront pas avant le 15 juin pour limiter les frais. Les réservations des mois de juillet et août commencent difficilement et sont loin d'être pleines avec à peine 40 % de taux de remplissage. 

Pour cet été , nous avons à peine un frémissement de réservations. Les gens ne s 'engagent pas sans savoir s'ils vont pouvoir venir. 

Marie-France Durancel, vice-présidente de la Fédération de l'Hôtellerie de Plein Air 34

 

La profession reste peu confiante sur son avenir proche. "Nous devons déjà rembourer les PGE et les aides. Nous étions aussi fermés en  mai et juin l'an dernier et nous devons aussi rembourser les clients qui n'ont pas pu venir à cette époque." 

Pour compenser, la Préfecture de l'Hérault étudie la possibilité que les campings restent ouverts au mois d'octobre prochain ainsi qu'aux vacances de Toussaint 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 confinement : envie d'évasion