Covid 19 : les jardins du Peyrou fermés à Montpellier pour le week-end du 1er mai, sur ordre de la préfecture

Le préfet de l’Hérault a décidé par arrêté d'interdire l’accès du public aux jardins du Peyrou à Montpellier les 1er et 2 mai, à cause de la situation sanitaire. Malgré les interdictions, les regroupements de plus de six personnes et la consommation d’alcool y sont jugés trop fréquents. 

Les jardins du Peyrou à Montpellier, le 25 mars 2021 : par une belle journée ensoleillée, nombre de jeunes gens s'étaient retrouvés pour pique-niquer ou siester dans les pelouses de ce parc urbain.
Les jardins du Peyrou à Montpellier, le 25 mars 2021 : par une belle journée ensoleillée, nombre de jeunes gens s'étaient retrouvés pour pique-niquer ou siester dans les pelouses de ce parc urbain. © I.Bris/FTV

Comme pendant le week-end de Pâques, les Montpelliérains seront privés des jardins du Peyrou pour le week-end du 1er mai ! La préfecture de l'Hérault a décidé de renouveler son arrêté préfectoral, pris début avril.

Les jardins du Peyrou attirent beaucoup de gens le week-end, en particulier des jeunes qui se retrouvent souvent sur les pelouses pour pique-niquer ou faire la sieste.

"Il ya eu trop d'abus" explique-t-on au service communication de la préfecture héraultaise. "Beaucoup de groupes de gens de plus de 6 personnes, de la consommation d'alcool sur la voie publique, ce qui est interdit....Le non-respect des règles sanitaires a poussé le préfet à faire fermer le Peyrou tous les week-end depuis Pâques".

Le virus circulant toujours activement et le niveau d’hospitalisation et de réanimation restant élevés dans le département de l’Hérault, il reste nécessaire et urgent de prévenir tout comportement de nature à augmenter ou à favoriser les risques de contagion ou de circulation du virus.

La préfecture de l'Hérault, par communiqué

Tout contrevenant à cette interdiction sera passible d'une amende.

Les autres parcs et jardins de Montpellier eux, restent ouverts. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société tradition culture