• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Montpellier, un artiste rend hommage à une célèbre sculpture : l’enfant à la flûte de pan

Gabriel Desplanques, artiste plasticien met en lumière les parties manquantes de la statue d'origine. / © FTV
Gabriel Desplanques, artiste plasticien met en lumière les parties manquantes de la statue d'origine. / © FTV

Installée dans un petit jardin, face à la gare, la sculpture de l’enfant à la flûte de pan a vécu une mésaventure et beaucoup de dégâts. Aujourd’hui restaurée, l’œuvre est mise à l’honneur par un plasticien, à Montpellier, jusqu'au 28 juillet.

Par Olivia Boisson



En 1908, un jeune modèle pose dans l’atelier du sculpteur Montpelliérain Georges Durand. L’artiste et le petit garçon étaient tous les deux loin de s’imaginer que cette sculpture en cours de réalisation, allait devenir l’une des célébrités anonymes de la ville. Installée dans le petit jardin situé face à la gare, l’œuvre vivra paisiblement… Jusqu’à cette nuit de 2015, où la tête de la sculpture fut décapitée.



Une statue amputée et inspirante

Suite à ces évènements, la statue fut restaurée. Pourtant, à ce jour, elle est toujours amputée de certains de ses membres.
C’est cela qui inspira Gabriel Desplanques, artiste plasticien. Il présente, jusqu’au 28 juillet, une œuvre, dans le cadre de la Zone Artistique Temporaire, dans le cœur de ville de Montpellier, à l’Opéra Comédie.
 

Mon idée était de reconstruire les membres manquants de la sculpture et de les disposer dans l’espace, à la même hauteur que la sculpture initiale. Je me suis intéressée à une sculpture un peu oubliée.

Parmi ces parties manquantes : le bras de l’enfant et la flûte de pan, l’oreille de la brebis.


Raconter l’histoire de la statue en musique

Au-delà de la reconstitution des parties manquantes de l’œuvre, le plasticien et une chorale composée d’enfants racontent, en chanson, l’histoire de cette statue : "les restes de l’enfant à la flûte de pan". Car pour l’artiste, les œuvres d’art, sous toutes leurs formes, communiquent entre elles.
 

Et pris d’un coup de sang, il tranche violemment la tête de notre bel enfant.

Entre ces deux créations, 100 ans se sont écoulés.

 

Sur le même sujet

Hérault : un

Les + Lus