• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : un employé du bailleur social ACM mis en examen pour corruption passive et trafic d'influence

L'homme était employé du bailleur social montpelliérain ACM aurait reçu des pots-de-vin pour faciliter l'obtention de logements sociaux. / © S. Bonnet
L'homme était employé du bailleur social montpelliérain ACM aurait reçu des pots-de-vin pour faciliter l'obtention de logements sociaux. / © S. Bonnet

Le suspect, employé de l'agence ACM de la Mosson aurait perçu des pots-de-vin de locataires pour faciliter leur demande de logement social. L'homme aurait empoché 3500 euros en deux ans.

Par Josette Sanna

Un employé du principal bailleur social montpelliérain ACM a été mis en examen pour corruption passive et trafic d'influence.

En échange de pots-de-vin,  des sommes de 500, 800 et pouvant aller jusqu'à 1700 euros, l'homme âgé de 54 ans, employé de l'agence ACM de la Mosson dans le quartier de la Paillade promettait d'intervenir en faveur de  personnes en attente de logements sociaux.

Information judiciaire

Le suspect, employé comme agent de proximité et d'entretien, a été interpellé mercredi.

Il aurait escroqué 4 personnes entre 2016 et 2018 et aurait empoché environ 3500 euros.

Une de ses victimes présumées n'ayant pas obtenu de logement, elle a porté plainte. 

"L'enquête a démarré fin 2018 après qu'une personne s'est présentée à la police en indiquant qu'elle avait versé de l'argent pour accélérer l'attribution d'un logement auprès d'un bailleur social et que le logement n'avait pas été attribué".

"Trois autres personnes ayant versé de l'argent ont été identifiées. L'examen des comptes bancaires du suspect corrobore leurs déclarations", indique Christophe Barret, procureur de la république de Montpellier.

Le magistrat a ordonné l'ouverture d'une information judiciaire. D'autres personnes vont être entendues.

Le procureur de Montpellier a requis le placement en détention du suspect mis en examen pour corruption passive et trafic d'influence.

Il risque jusqu'à 10 ans d'emprisonnement
 

 

Sur le même sujet

Saint-Pons-de-Thomières : braconnage massif de truites à la source du Jaur

Les + Lus

Les + Partagés