Montpellier : la Métropole victime d'usurpation d'identité, un courriel étrange envoyé aux médias

Hier, samedi 27 mars, au cours de la soirée, la Métropole de Montpellier a été victime d'une usurpation d'identité numérique. Un courriel informant la presse de la suppression de la publicité dans la Métropole de Montpellier a été envoyé aux médias locaux via une fausse adresse mail.

Montpellier - Une fausse affiche figure également dans le communiqué - 27.03.21
Montpellier - Une fausse affiche figure également dans le communiqué - 27.03.21 © DR

C'est une fake news, la Métropole de Montpellier ne met pas fin à la publicité. Mais alors d'où vient ce mail intitulé "suppression de la publicité dans la Métropole" envoyé hier, samedi 27 mars, en début de soirée ? 

Il s'agit en réalité d'un faux courriel. Derrière cette adresse, ce n'est pas le service presse de la Métropole de Montpellier, son identité a été ursurpée par une ou des personnes malveillantes. 

Un "faux discours" de Michaël Delafosse

Le courriel, comportant les "codes" de ceux envoyés traditionnellement par ce service a semé le trouble chez ses destinataires. 

Il comporte un communiqué de presse dans lequel on peut y lire : "ce lundi 29 mars, Michaël Delafosse, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Maire de Montpellier portera un vote historique pour un nouveau Règlement Local de Publicité intercommunal qui, à terme, permettra de faire disparaître la publicité de la Métropole. Montpellier Méditerranée Métropole sera alors dès 2022 la 1ère Métropole de France sans publicité".

Un "faux" discours du président de la Métropole, Michaël Delafosse a également été intégré.

Vérité rétablie par le service presse dans la soirée

Alerté par certains de nos confrères, le service presse de la Métropole de Montpellier a rapidement rétabli la vérité. "Ce samedi 27 mars, un courriel frauduleux et mensonger émanant de l'adresse "presse.montpellier3m@gmail.com" et intitulé "M3M : suppression de la publicité dans la métropole" a été transmis à plusieurs titres de presse. Il s'agit d'une usurpation d'identité numérique véhiculant ce qu'il convient d'appeler une "fake news", détaille le courriel envoyé cette fois-ci par le service presse lui-même un peu plus tard dans la soirée. 

Demain lundi, le règlement local de la publicité doit être abordé au conseil municipal. Le sujet ferait-il déjà l'objet de désaccords ? 

Pour l'instant, le président du Conseil de Métropole, Michaël Delafosse n'a pas réagi à cette attaque. Dans le courriel envoyé plus tard dans la soirée, le service presse de la Métropole précise toutefois qu'une plainte sera déposée contre les auteurs de cette usurpation frauduleuse.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique internet économie justice société