Montpellier: des parents d’élèves envoient des boîtes de sardines à la rectrice pour dénoncer un établissement surchargé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot

A Montpellier, le collectif des sardines, composé de parents d'élèves et d'enseignants, s'est constitué pour dénoncer la surcharge au collège les Aiguerelles. Leur dernière action : envoyer 21 boîtes de sardines à la rectrice de l'académie de Montpellier.

Le collectif des parents d'élèves et enseignants "Les sardines" du collège des Aiguerelles de l’Avenue du Pont Trinquat à Montpellier se mobilise depuis plusieurs mois déjà pour dénoncer la situation au sein de l’établissement scolaire qu'ils jugent "surchargé". 

Les parents d’élèves ont surnommé leurs enfants scolarisés dans l’établissement « les sardines, parce qu’ils sont trop serrés dans leur classe ».

Le collège compte aujourd'hui 19 classes et accueille un peu plus de 600 élèves pour une capacité d'acceuil de 600 élèves. A la rentrée 2020, l'établissement comptera 2 classes en plus.

 

Le collège ne fait que croître et les locaux ne sont pas extensibles, dénonce un professeur du collège. 

 

 

Un cadeau pour la rectrice 

 

Cette fois-ci, ils ont choisi d’envoyer 21 boîtes de sardines à la rectrice d’académie de Montpellier, Sophie Béjean, en écho aux 21 classes que comptera le collège à la rentrée de septembre 2020.

Un cadeau accompagné d'un courrier dans lequel le collectif réclame des moyens supplémentaires d'ici à l'ouverture d'un nouveau collège à Port Marianne prévue pour la rentrée 2022.

Alors madame la Rectrice, libérez les sardines, donnez-leur les moyens d'accompagnement demandés

"Nous savons pertinemment que nos enfants vont vivre dès le mois de septembre une nouvelle forme de confinement…. Un confinement de sardines ! Malheureusement, et sans parler des aléas de la COVID-19, ils vont se retrouver re-confinés au collège des Aiguerelles, faute de place supplémentaire et surtout de moyens d’accompagnement adéquats d’ici à l’ouverture du nouveau collège dans le quartier de Port Marianne. Alors madame la Rectrice, libérez les sardines, donnez-leur les moyens d'accompagnement demandés car les moyens supplémentaires alloués à ce jour sont quasi inexistants", peut-on lire sur le courrier envoyé à la rectrice.

 

 

Des locaux trop étroits source de tensions 

Pour Raphaël Detrie, papa de deux élèves scolarisés au collège Les Aiguerelles, la situation ne peut plus durer : 

"Nous avons obtenu en début d'année la construction d'un nouveau collège à Port Marianne, mais en attendant il faut qu'il y ait un accompagnement vers cette transition, à la rentrée prochaine il va y avoir deux classes en plus mais pas de place en plus. On a peur aussi qu'ils augmentent le nombre d'élèves par classe, alors que l'établissement, lui ne grandit pas. Et forcément cet exiguïté des locaux, ça crée des tensions. Nous voulons juste des moyens supplémentaires pour accompagner cette transition. 

Concrétement, le collectif demande des heures supplémentaires pour les professeurs, l'équivalent d'un poste d'enseignant mais aussi la création d'un demi-poste de CPE en plus. 

On aimerait avoir plus de moyens effectivement du côté des enseignants pour pouvoir faire des groupes et mieux s'occuper de nos élèves, là on est parfois jusqu'à 30 par classe.

- Yves Cardin, professeur d'EPS au collège des Aiguerelles. 

De son côté le rectorat affirme être très attentif à la situation du collège : 

Depuis l'année dernière, nous sommes à six rencontres avec les enseignants et les parents d'élèves, les effectifs sont nombreux dans ce collège, et effectivement nous avons des projets, comme retravailler la cours de récréation, aménager la salle des professeurs. 

Bruno Benazech, directeur académique adjoint de l’Hérault.

Quant à la question d'un poste de CPE en plus, le rectorat affirme ne pas avoir statué. Pour les rencontres, le rectorat ne se dit pas fermé à rencontrer une nouvelle fois le collectif.