• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : le permis de végétaliser fait pousser des fleurs sur les trottoirs

La rue Roucher au centre de Montpellier, devenue la vitrine du fleurissement de la ville - avril 2019 / © F3 LR
La rue Roucher au centre de Montpellier, devenue la vitrine du fleurissement de la ville - avril 2019 / © F3 LR

Le permis de végétaliser, c'est une autorisation donnée par la mairie de Montpellier aux habitants pour fleurir l'espace public à côté de son logement. Microfleurissement des trottoirs, pied des arbres ou bac de fleurs, l'initiative, inspirée par une idée des comités de quartier, a du succès.

Par Carine Alazet

Tout a commencé en 2016 rue de la Méditerranée, à deux pas de la gare Saint-Roch à Montpellier, le comité de quartier a fleuri les façades et les trottoirs, avec l'autorisation de la mairie.

Un an plus tard, c'est au tour du comité de quartier Saint Roch-Ecusson de planter des grimpantes rue Roucher, devenue en  quelques mois l'une des plus agréables du centre ville.

Jean-Marie Quiès, président du comité de quartier Saint-Roch Ecusson l'a constaté.

Depuis qu'on a fait les microfleurissements, on a plaisir à y passer. Et puis l'été, les microfleurissements ont l'avantage de faire baisser la température.


Reportage de Carine Alazet et Franck Detranchant :

Il y a 6 mois, la municipalité de Montpellier a repris cette initiative à son compte et l'a élargie aux habitants en créant un permis de végétaliser (voir encadré).

Ces premiers permis ont été attribués à la fin du mois de mars 2019, à partir des demandes remplies par les habitants sur le site internet de la mairie en décembre 2018.

Myriam Arras, céramiste, a toujours mis des pots de fleurs autour de sa vitrine. Alors quand elle a vu le permis de végétaliser, elle n'a pas hésité.

C'est un peu de jardin dans nos rues, c'est agréable. (...) Les gens s'arrêtent, ça permet de discuter entre voisins.


Elle a planté une passiflore et sa voisine, Françoise Lalande, a choisi un plumbago pour mettre juste à côté, sur sa façade.

Les conseils de Céline Vernochet, jardinière de la ville de Montpellier secteur Ecusson :
Céline Vernochet, jardinière municipale
"Il faut penser à dérouler les racines quand on sort la plante de son pot". - F3 LR

Seules contraintes : entretenir les plantations, ne pas gêner le passage et ne pas utiliser de pesticides non plus : la ville est 0 phyto depuis 10 ans.

Les choix de plantes de Philippe Costa, responsable des espaces verts du secteur écusson à Montpellier :
Philippe Costa, responsable des espaces verts dans l'écusson
"choisir des plantes qui n'ont quasiment pas besoin d'eau" - F3 LR

Les plantes sont choisies pour leur résistance à la sécheresse. Depuis le début de la végétalisation des rues, seules 5% des plantations ont échoué et quelques-unes ont été volées.

Pour Henri de Verbizier, adjoint au maire chargé des espaces verts, il n'y a que du positif à fleurir les rues.
 

Dans les villes où il y a des parcs, des arbres, on s'est rendu compte que les gens vivent mieux que dans les villes très minéralisées.


Entre lien social et biodiversité, le pouvoir des fleurs a conquis les Montpelliérains.

500 permis de végétaliser ont été attribués au printemps, une centaine d'autres le seront à l'automne.   
 

Permis de végétaliser, mode d'emploi

Pour obtenir un permis de végétaliser, il faut remplir une demande sur le site internet de la mairie de Montpellier.

Le permis concerne

soit le microfleurissement :
Les employés municipaux vérifient les possibilités de trouer le trottoir sans endommager les réseaux souterrains.
Un prestataire de service vient faire les trous et les titulaires du permis choisissent une plante grimpantes dans la liste proposée par les jardiniers de la ville.

soit un pied d'arbre ou un bac.
Le bac est fourni par la ville, rempli de terreau, mais c'est le titulaire du permis qui plantent les végétaux de son choix, à ses frais, comme dans le cas du fleurissement d'un pied d'arbre.

Les contraintes sont celles de l'entretien de ses plantes, qui ne doivent pas gêner le passage.
 

Sur le même sujet

Philippe Costa, responsable des espaces verts dans l'écusson

Les + Lus