Montpellier : quand la justice fait rimer travail d'intérêt général et fresque murale

La fresque a demandé une quarantaine d'heures de travail. / © FR3 Occitanie
La fresque a demandé une quarantaine d'heures de travail. / © FR3 Occitanie

A Montpellier, une fresque a été réalisée en une quarantaine d'heures par Smole, un "tigiste" : autrement dit, un homme condamné à des travaux d'intérêt général, pour des tags illégaux. 

Par RD

Avec ses couleurs vives, difficile de la rater. Le Centre sportif universitaire de la Motte Rouge, à Montpellier, est maintenant décoré d’une jolie fresque.

Celle-ci a été peinte par l’artiste "Smole", dans le cadre d’un travail d’intérêt général (TIG). Le jeune homme taguait de façon sauvage lorsqu’il a été surpris, ce qui lui a valu une condamnation à 35 heures de TIG.

L’intérêt des TIG, selon Christophe Barret, procureur de la République, est double : "punir", et en même temps faire réfléchir, "offrir une possibilité de réinsertion".

Montpellier : pour son travail d’intérêt général, il réalise une grande fresque murale
Interview de Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier. - France 3 Occitanie - Joane Mériot


Aujourd'hui 113 structures sont habilitées a accueillir ce genre d'opération dans la juridiction du tribunal de grande instance de Montpellier. 26 000 heures de TIG ont été réalisées en 2017.

Pour Smole, l’expérience était pour le moins inhabituelle : "En général je fais avec les quelques bombes que j’ai, là j’ai eu la chance d’avoir plus de bombes que d’habitude", raconte-t-il.

"Je suis assez content de ce que j’ai fait", conclue-t-il devant son œuvre, avant d’ajouter : "Mais j’espère ne pas avoir à nouveau de TIG !"


© FR3 Occitanie
© FR3 Occitanie



Sur le même sujet

Des détenus nîmois portent plainte contre l'Etat Français à cause de la surpopulation carcérale

Les + Lus