Montpellier : ultime samedi de mobilisation avant l'obligation vaccinale des professionnels de santé

A Montpellier ce samedi après-midi des milliers de manifestants se sont retrouvés dans les rues pour dénoncer le pass sanitaire. Dans le cortège, de nombreux infirmiers, aides-soignants etc … à quelques jours de l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les professions de santé.
Des centaines de personnes se sont rassemblées sur la place de la comédie à Montpellier pour dénoncer l'obligation vaccinale des professionnels de santé - 11 septembre 2021
Des centaines de personnes se sont rassemblées sur la place de la comédie à Montpellier pour dénoncer l'obligation vaccinale des professionnels de santé - 11 septembre 2021 © Pascaline Arisa - FTV

Infirmiers, aides-soignants, pharmaciens, kinés … à Montpellier, ce samedi après-midi, ils se sont donnés rendez-vous sur la place de la Comédie pour une ultime manifestation avant la mise en place ce mercredi 15 septembre de l’obligation vaccinale pour les professionnels de santé : "Je vais arrêter le travail car je ne veux pas être vacciné. Mais c’est surtout pour le principe. L’obligation d’être vacciné, ça pourrait être de l’eau, ce n’est pas un problème de vaccin pour moi," nous dit Daniel, aide-soignant. Ce que confirme Laurence, pharmacienne et manifestante : "Cette obligation vaccinale me dérange beaucoup car on ne nous demande pas notre accord."

Obligation vaccinale dès le 15 septembre 

Car à partir du 15 septembre, tous les salariés des hôpitaux et des Ehpad pourront être suspendus, sans rémunération, s'ils n'ont pas reçu au moins une dose de vaccination contre le covid-19, la pire des menaces pour ce masseur-kinésithérapeute rencontré dans le cortège et qui exerce depuis près de 40 ans : « Quand il y a le risque de perdre notre travail qui est une passion je trouve que c’est très grave. Etre menacé de ne plus pouvoir travailler pour les autres en plus, je pense que c’est la pire des menaces. On ne travaille pas pour un salaire on travaille pour être au service des personnes. Je ne suis pas vacciné, je ne suis pas contre les vaccinés. Je vais sûrement perdre mon travail à partir de mercredi mais je pense que quand on a des idées, il faut aller jusqu’au bout. »

Pour l'avocat montpelliérain David Guyon, présent à la manifestation cette obligation vaccinale est scandaleuse : "Aujourd’hui le fameux consentement libre, c’est un consentement qui est extorqué parce qu’on vous dit que finalement vous n’êtes plus personne socialement ni professionnellement si vous n'êtes pas vacciné."

13% du personnel hospitalier concerné 

Selon les chiffres communiqués par le Ministère de la Santé, à ce jour, 13% du personnel hospitalier n’a pas commencé son parcours vaccinal.

Le seuil symbolique des 50 millions de personnes ayant reçu une première dose de vaccin, prévu par le gouvernement pour fin août puis début septembre, n'est toujours pas atteint. Obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux accueillant plus de 50 personnes, le pass sanitaire a été étendu à l'accès aux hôpitaux, sauf urgences, aux bars, aux grands centres commerciaux et aux 1,8 million de salariés au contact du public.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social vaccins - covid-19 santé société covid-19 emploi politique