"Nous refusons d'être les sacrifiés" : le collectif des 4 boulevards organisait un nouveau blocage de la circulation à Montpellier

Le blocage avait lieu, ce mardi 21 mai en début de matinée, à Montpellier sur le boulevard Rabelais, entre l'avenue de Palavas et la rue Bazille. Un collectif d'habitants dénonce toujours la fermeture de l'avenue Albert Dubout et les "nuisances" engendrées.

Le collectif des "4 boulevards" organisait une action de blocage, ce mardi 21 mai 2024, de 7h45 à 8h45, pour protester contre  "les conditions de vie intolérables dues à la circulation intense et la pollution dans notre quartier."

Le collectif des habitants de ce quartier qui ceinture le centre-ville de Montpellier se dit épuisé par :  :

  • Les 15 000 véhicules par jour qui envahissent les rues
  • Les 200 bus quotidiens du Boulevard Berthelot (bientôt 400)
  • Le bruit incessant de jour comme de nuit
  • L'exposition aux polluants, objectivée par ATMO Occitanie, avec des niveaux de NO2 dépassant plus de quatre fois les seuils recommandés par l'OMS
  • La dangerosité pour les riverains, piétons, cyclistes et automobilistes du quartier en raison de la dégradation de notre environnement

Absence de dialogue ?

Les riverains déplorent le manque de dialogue avec les élus montpelliérains, notamment "le mépris du maire, qui refuse un dialogue réel pour définir des objectifs partagés et trouver des solutions à cette situation critique.

En cause, la redirection de milliers de voitures sur les boulevards due à la fermeture de l’Avenue Albert Dubout et la mise des 4 boulevards en double sens.

Le calcul semble froid et cynique, et surtout politique. Il est en tout cas dénué d’empathie et d’intérêt pour les personnes.

Le collectif des 4 boulevards

Selon le collectif, l'ouverture à l'automne 2024 du Boulevard Berthelot à double sens, ainsi que la fermeture imminente des quartiers sud Comédie à la circulation, risque encore d'aggraver la situation en déviant des milliers de voitures supplémentaires sur ces boulevards, et souligne de fait "l’absence de considération des riverains de ce quartier."

" Le calcul semble froid et cynique, et surtout politique. Il est en tout cas dénué d’empathie et d’intérêt pour les personnes. Nous refusons d'être les sacrifiés d'un plan de circulation inexistant. Nous ne pouvons accepter l'apaisement des uns au détriment de la santé de nos familles et de nos enfants ", concluent les riverains. 

 Un rendez-vous bientôt 

Dans notre émission Dimanche en Politique, diffusée sur France 3 Occitanie ce 19 mai 2024, le maire de Montpellier assure considérer les revendications des riverains. 

Là, ils disent  : " Il ne faut plus de voitures ! ". Ce serait évidemment compliqué pour d'autres. 

Michaël Delafosse, maire de Montpellier

"Ils seront reçus pour la 4ème fois en juin prochain. Il n'y a pas de problème. Après il faut discuter, il y a des choses que l'on peut faire, des choses que l'on ne peut pas faire", affirme le maire de Montpellier. 

 

 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité