Noyades : des stages de prévention destinés aux enfants pour des baignades en toute sécurité

Publié le
Écrit par Armelle Goyon avec JP.Faure

Avec 193 noyades en 2021, l'Hérault s'affiche comme le 4e département le plus concerné en France. Pour essayer de remédier à ce fléau, la métropole de Montpellier organise chaque année des stages de prévention en direction des plus jeunes.

C’est pour éviter les situations critiques et les risques de noyades qu’une soixantaine de jeunes enfants âgées de 4 à 10 ans se sont jetés à l’eau, encadrés par des maîtres-nageurs chevronnés. Des enfants ravis, qui malgré leur jeune âge, ont bien compris tout l’intérêt de cette matinée de prévention sur les dangers de la baignade.

"On peut se se noyer, on peut faire mal à des amis si on s'appuie sur eux", explique une fillette. 

"Ca ne m'est jamais arrivé de me noyer complètement, en fait, moi, quand je nage, je nage prudemment. Apprendre à nager, ça va me servir plus tard, comme ça, je ne pourrais pas me noyer", renchérit son copain de baignade.

  

Première cause de mortalité

La noyade constitue la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans et représente environ 1 000 décès par an. En 2021, 21 % des noyades accidentelles ont touché les enfants de moins de cinq ans, et 25 % des personnes âgées de 65 ans et plus. 

D’où l’intérêt d'initier le plus tôt possible les plus jeunes à la nage et aux dangers des comportements à risques.

"On va apprendre à l'enfant à chuter dans l'eau. On a une chute par l'arrière, puis un déplacement ventral sur quelques mètres, l'enfant passe sous un obstacle dans l'eau et se retrouve sur le dos, tête hors de l'eau. On retrouve un peu les fondamentaux du savoir-nager. Comme également de connaitre les numéros d'urgence, de ne pas aller se baigner sans adulte. Ce sont ces éléments qui vont prévenir les risques et les dangers", explique Malik Si-Belkir, responsable de la  piscine "Jean-Vivés".

Avec près de 100 kilomètres de littoral, le département de l’Hérault pointe à la 4ème place des sites les plus impactés par ce fléau. Les pompiers du Sdis 34 ne le savent que trop bien. Du 15 mai au 15 septembre 2021, ils sont intervenus sur 193 noyades, principalement en mer. 

"Malheureusement, on a un nombre de personnes qui sont décédées, mais ce qu'il faut retenir, c'est que la chaine des secours est structurée dans le département de l'Hérault et qu'elle a permis de sauver l'an dernier 170 personnes", détaille le Général Eric Flores du Sdis 34.

Sur la précédente saison estivale 25 personnes sont décédées dans l'Héraut des suites d'une noyade.

Pour éviter les risques de noyade, limiter les baignades en milieu naturel

Il est souvent plus difficile de se baigner en milieu naturel plutôt qu’en piscine. Aussi, en mer, lac ou rivière, quelques précautions s’imposent pour prévenir les risques de noyade :

  • Assurez-vous de votre niveau de natation ainsi que de celui de vos proches (enfants notamment) en apprenant à nager avec un maître-nageur ;
  • Choisissez des zones de baignade surveillées, où l'intervention des équipes de secours est plus rapide si vous devez faire face à un danger et à un risque de noyade ;
  • Respectez les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade et consultez régulièrement les bulletins météo :
    • Vert : baignade surveillée et absence de danger particulier,
    • Orange : baignade dangereuse mais surveillée,
    • Rouge : interdiction de se baigner ;
  • Surveillez vos enfants en permanence. Pour prévenir et limiter les risques de noyade, restez toujours avec eux quand ils jouent au bord de l'eau ou lorsqu'ils sont dans l'eau (ou à défaut désigner un adulte responsable de leur surveillance) ;
  • Tenez compte de votre forme physique : ne vous baignez pas si vous ressentez un trouble physique (fatigue, problèmes de santé, frissons) ;
  • Prévenez un proche avant de vous baigner ;
  • Ne vous exposez pas longtemps au soleil ;
  • Rentrez dans l'eau progressivement ;
  • Ne buvez pas d'alcool avant la baignade.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité