Pas de gratuité à la rentrée dans les transports en commun de Montpellier pour les 18-26 ans

Publié le
Écrit par Armelle Goyon
Le tramway de Montpellier - archives
Le tramway de Montpellier - archives © RICHARD DE HULLESSEN / Maxppp

À la rentrée 2021, les plus de 65 ans et les moins de 26 ans devaient bénéficier de la gratuité dans les transports en commun dans la métropole de Montpellier. Les 18-26 ans sont sortis du dispositif, la gratuité ne sera pas avant 2023.

Mickaël Delafosse, maire et président de la Métropole avait annoncé la gratuité totale dans les transports en commun à partir de septembre 2021 pour les 18-26 ans. Les jeunes devront patienter encore deux ans, pas avant 2023. La gratuité ne concernera finalement que les moins de 18 ans et les plus de 65 ans.

Transition écologique, attractivité du centre-ville, pouvoir d’achat, inclusion sociale, décongestion du trafic : les atouts prêtés à la gratuité des transports en commun étaient nombreux dans le programme de Michaël Delafosse. L'une des promesses-phare du candidat aux municipales, désormais maire socialiste de Montpellier est entré en vigueur en septembre 2020.

Première étape le samedi 5 septembre avec la création d'un "pass week-end" gratuit pour les quelques 457 800 habitants de Montpellier Méditerranée Métropole. Elle devrait être suivie de la gratuité en semaine pour les personnes âgées et les jeunes, puis pour l'intégralité des habitants de l'agglomération, " d'ici la mi-mandat".

 

Etape par étape 

 En décembre 2020, le maire et président de la Métropole annonçait que la prochaine étape de cette mesure est de rendre les transports gratuits la semaine pour les jeunes de moins de 26 ans, et les seniors de plus de 65 ans. Cette mesure est finalement retardée de deux ans. 

Nous agissons étape par étape. Déjà, au mois de septembre 2021, les transports en commun vont être gratuits pour les moins de 18 ans et les plus de 65 ans.  Les jeunes sont primordiaux et la gratuité sera totale pour tous les habitants à mi-mandat, dès mi-2023.

Julie Frêche, Vice-présidente Métropole de Montpellier chargée des transports

 

Pour la Métropole, il s'agit d'être cohérent avec la Région  qui annonce la gratuité des transports scolaires pour les moins de 18 ans en Occitanie, à partir de la rentrée prochaine également. 

Nous voulons travailler en bonne intelligence avec la Région, nous avons donc fait le choix des moins de 18 ans. C'est une question de lisibilité et de choix convergents. Sinon les moins de 18 ans ce seraient retrouvés avec une partie de leur trajet gratuite et l'autre payante. 

Julie Frêche, Vice-présidente Métropole de Montpellier chargée des transports

 

 

 

Selon nos confrères de France Bleu Hérault, une partie de l'opposition a sauté sur l'occasion pour dénoncer une promesse non-tenue. Pour Max Lévita,  qui était vice-président de la Métropole chargé des Finances avant les dernières élections, l'explication est ailleurs, elle est financière. Et il a fait ses comptes. "À Montpellier, il y a 70.000 étudiants. Si vous multipliez par le nombre d'abonnements , c'était une facture de l'ordre de 12 millions d'euros. Et il faut ajouter les 18-26 ans qui ne sont pas étudiants, j'en déduis que l'argent nécessaire n'a pas été trouvé".  

Succès pour le Pass Gratuit Week-end

Mis en place en septembre 2020, le Pass Gratuit Week-end et ses 80 000 téléchargements enregistrés depuis son lancement connait un succès mitigé par la crise sanitaire. 

En France , la baisse généralisée de fréquentation des transports en commun depuis le début de la crise sanitaire est de -50 à - 60 % . Mais le Pass Week-end est un succès avec pour nous une augmentation de la fréquentation de  + 10 % le week-end. 

Julie Frêche, Vice-présidente Métropole de Montpellier chargée des transports

 

Le budget alloué pour la gratuité le week-end ainsi que pour les moins de 18 ans et plus de 65 ans, est de 6,4 millions d' euros. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.