Coronavirus dans l’Hérault : médiathèques et librairies livrent des livres en circuits courts pendant le confinement

Le ministre de la Culture annonce vouloir « rouvrir le plus rapidement possible les librairies après le 11 mai », mais ces dernières n’ont pas attendu pour reprendre leur activité... A distance. Une librairie de Sète et la médiathèque Portiragnes (Hérault) vous livrent en circuits courts.
 
Prêt à domicile, livraison ou retrait en pas de porte... Les lecteurs confinés s'organisent pour dénicher ce qui constitue pour eux des produits de première nécessité : les livres. Face à la demande, dans l’Hérault, librairies et médiathèques ont donc décidé de tourner la page de la fermeture.


Livraison à domicile ou retrait sans contact


A la librairie "L’Echappée Belle", dans le centre-ville de Sète, on n'entre pas, mais on peut commander et payer en ligne, sur le site internet du magasin. Les clients ont ensuite le choix entre une livraison à domicile ou un retrait sans contact, sur le pas de porte du commerce.

Pour Caroline Puyet, cliente de la librairie, il était temps :
 

La lecture, c’est un moyen de s’évader et aussi de décrocher de nos écrans parce qu’en ce moment, on y est tout le temps. Ça me manquait, parce que c’est une librairie que je fréquente au moins une fois par semaine [...] Et puis c’est important de faire vivre ce genre de petit commerce dans les villes. On a 2 belles librairies ici, à Sète, autant les faire vivre!


Doubles journées


A l'intérieur, Sophie Dulin, la co-gérante, ne chôme pas : certains clients en recherche de conseils appellent directement la librairie, d’autres ont déjà passé commande et il faut préparer les colis avant de partir les livrer. Et puis chaque soir, il faut alimenter la Une du site internet avec une sélection d’ouvrages (la librairie compte 22.000 références) et mettre en avant de petits auteurs et éditeurs régionaux.
  

Réinventer le métier de libraire


Bref, comme le dit Sophie Dulin, les journées sont bien remplies :
 

On ne peut vendre que les livres qu’on a en stock, puisque la chaîne du livre est complètement arrêtée et qu’on ne peut plus passer commande aux éditeurs. L’idée est donc de donner envie à nos clients de lire ce qu’on a en stock.


Si le contact avec les clients, qui fait l’essence de son métier, lui manque, Sophie Dulin reconnaît que cette solution est un pis-aller en attendant, peut-être, une réouverture après le 11 mai.


Espoir de réouverture ?


Ce qu’a d’ailleurs laissé entendre Franck Riester, le ministre de la Culture, interrogé sur France Inter ce 16 avril.
 
Pour les médiathèques, en revanche, l’horizon semble plus flou. Impossible pour l’heure d’accueillir du public. Alors, il faut s’organiser pour, là aussi, maintenir le lien avec les lecteurs.


A Portiragnes, la médiathèque livre 2 fois par semaine 


Ainsi, à Portiragnes (Hérault), depuis 2 semaines, Philippe Calas, instituteur et adjoint au maire délégué au tourisme, à la culture et au patrimoine, se transforme deux fois par semaine en livreur de livres :
 

Le mercredi par exemple, nous commençons la préparation de la distribution à 8 heures 30, puis le chargement jusqu’à 9 heures 30. Ensuite, nous partons faire la tournée jusqu’à 13 heures 30. Pendant ce temps, les agents de la médiathèque prennent les appels et préparent la distribution suivante du jeudi. Les 9 et 10 avril derniers, nous avons ainsi livré 130 packs de livres au public scolaire et aux habitants de tous âges.

 


Les retours de prêts mis en quatorzaine et désinfectés


Les 3 bibliothécaires sont désormais seuls dans les rayonnages et travaillant à bonne distance les uns des autres, chacun dans son secteur : adulte, jeunesse, audio et vidéo.

Ils conditionnent les ouvrages demandés et mettent en quatorzaine ceux qui sont rendus. A l’issue de ce délai, ceux-là seront ensuite désinfectés et remis en circulation.


Service élargi aux non abonnés


Pendant le confinement, le prêt a été élargi aux non abonnés. Et il connaît un franc succès, en témoignent les nombreux messages de remerciements reçus sur la boîte mail de la médiathèque Azalaïs, selon Nadège Da Silva, sa responsable :
 

Ça représente 1800 prêts en deux semaines et quatre jours de livraison : oui, c’est beaucoup! Car on a augmenté le nombre possible d’emprunts sur chaque fiche de prêt pour pouvoir permettre aux lecteurs de "tenir" un peu plus longtemps.

 


Les enfants très demandeurs


Premiers, et de loin, à solliciter des prêts : les écoliers de Portiragnes, qui en redemandent. D’abord parce que leurs enseignants leur ont prescrit des lectures dans le cadre du travail scolaire, mais aussi pour s’occuper pendant le confinement. Mustapha Kaddouri, papa de Léna, a reçu sa livraison le 15 avril et il est ravi :
 

Elle n’attendait que ça! Comme Portiragnes a fait un réseau Snapchat pour les enfants de l’école, ils vont dessus et ça fait déjà une semaine qu’ils savent qu’on doit recevoir les livres. Du coup, tous les jours Léna demande à sa maman si on les a reçus. Hier, ma femme lui a dit que c’était pour ce mercredi, et ils sont effectivement là : on ne peut pas faire mieux!


Fidéliser un nouveau lectorat


La médiathèque Azalaïs de Portiragnes comme la librairie "L’Echappée Belle" de Sète ont donc réussi à maintenir le lien avec leurs clients et abonnés. Elles espèrent aussi fidéliser les nouveaux lecteurs drainés par ces échanges à distance... En attendant de renouer le contact physique et de pouvoir leur permettre de revenir bientôt feuilleter les ouvrages.


Des livraisons qui se généralisent


A noter que face à la demande, la grande librairie du Languedoc Sauramps a, elle aussi, repris les livraisons des commandes passées sur son site internet. A Montpellier, la librairie de voyage Géosphère vous propose un service de retrait de vos commandes passées par mail. A Nîmes, la librairie Teissier vous livre également, après commande passée par téléphone ou par mail, ou bien vous pouvez venir retirer vos livres en "drive". Enfin la médiathèque de Lattes, près de Montpellier, propose des livraisons à domicile. Mais elles sont réservées aux abonnées et limitées à un emprunt tous les 10 jours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture consommation économie livres covid-19 santé société confinement : envie d'évasion