• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Occitanie : 23 cigognes blanches électrocutées en un week-end

Villeveyrac - Les cigognes blanches qui ont péri sur la commune de Villeveyrac - août 2019 / © LPO - M.Garcia
Villeveyrac - Les cigognes blanches qui ont péri sur la commune de Villeveyrac - août 2019 / © LPO - M.Garcia

La saison de migration des cigognes s'étend de juillet à fin septembre. Au cours de cette période, des accidents se produisent. Le week-end du 3 et 4 août, 23 cigognes blanches ont péri sur des lignes à haute et moyenne tension sur la commune de Villeveyrac.

Par Camille Nowak

Deux fois par an, des milliers de cigognes venues des quatre coins de l’Europe (Allemagne, Suisse, France, Suède…), se déplacent vers l’Afrique. Elles parcourent chaque jour entre 150 à 300 km.

Au cours de leur voyage, il arrive fréquemment que certaines soient victimes d’électrocution. Cela a été notamment le cas le week-end du 3 et 4 août où 23 cigognes blanches ont péri sur des lignes à haute tension à Villeveyrac (Hérault). D’autres cas ont été relevés le lundi suivant à Nebias (Aude).

C’est un problème qui est assez fréquent même si des efforts ont été faits pour neutraliser certaines lignes.


rapporte Dominique Clément,  Ornithologue à l’association Aude-Nature. Il explique les deux cas de figure qui conduisent à la mort des cigognes :

« Pour les lignes à haute tension, les oiseaux ne visualisent pas les câbles, ils les percutent, c’est la collision qui provoque la mort de l’oiseau. L’autre cause des décès c’est l’électrocution qui se produit généralement au moment de l’envol de l’oiseau. Dans ce cas-là, ce sont les déjections de l’oiseau, liquide conducteur, qui provoquent l’électrocution ».

En réalité les oiseaux ne sont donc pas électrocutés en se posant sur les câbles, puisque « le courant descend », ajoute l’ornithologue. L’an dernier il avait déjà eu affaire à une trentaine de décès de cigognes à cette même période.
 
Villeveyrac - une cigogne électrocutée dans un câble à haute tension - août 2019 / © LPO - M.Garcia
Villeveyrac - une cigogne électrocutée dans un câble à haute tension - août 2019 / © LPO - M.Garcia
 

Des dispositifs préventifs mis en place


Pour éviter ces accidents des dispositifs ont été mis en place. Ils permettent d'assurer une meilleure sécurité de ces câbles électriques. Chaque cas d'électrocution est recensé par la LPO (ligue pour la protection des oiseaux) puis transmis à Enedis ou RTE afin de neutraliser les dangers.

À Narbonne, où les oiseaux passent chaque année, un important travail est également réalisé par les associations de protection de la nature pour sécurité des lignes électriques, rapporte Dominique.


Une espèce en plein développement en Europe


Au milieu des années 80, 150 à 200 cigognes étaient observées lors de la période de migration. Aujourd’hui cette population s’est largement multipliée puisque plus de 10 000 oiseaux sont étudiés.

Cela provient notamment des efforts réalisés par les pays européens pour protéger cette espèce qui était, à l'époque, au seuil de l’extinction, confie l'ornithologue. 


Le développement de cette espèce entraîne également la multiplication des risques d’accidents puisque les cigognes se déplacent désormais par centaine. Le plus gros vol de cigognes observé dans la région est de 1600 individus.

Reportage de Clément Barbet et Enrique Garibaldi 
 
En Occitanie, les cigognes électrocutées sont de plus en plus nombreuses


 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus