Les pesticides menacent les écosystèmes des lagunes : l'étude de l'IFREMER à Sète

8 étangs méditerranéens, la plupart en Occitanie, contiennent des pesticides avec un risque préoccupant pour la biodiversité des lagunes. C'est une étude menée par l'IFREMER à Sète qui le révèle. Exemple dans l'Hérault où les chercheurs surveillent les pièges à pesticides de l'étang de Thau.
Parmi les 10 étangs étudiés, celui de Thau est la 3ème lagune la moins exposée en nombre de substances retrouvées mais le risque chronique lié à la présence de pesticides y est néanmoins jugé fort, à la station de mesure de Bouzigues comme à celle de Marseillan.
Parmi les 10 étangs étudiés, celui de Thau est la 3ème lagune la moins exposée en nombre de substances retrouvées mais le risque chronique lié à la présence de pesticides y est néanmoins jugé fort, à la station de mesure de Bouzigues comme à celle de Marseillan. © F3LR
Les étangs de Canet, de Bages-Sigean, de l’Ayrolle, de la Palme, de Thau, de Vic, du Méjean, de l’Or pour le Languedoc-Roussillon plus ceux de Berre et de Biguglia. Au total, 10 lagunes sont étudiées de très près, depuis 2017 par les chercheurs de l'Institut français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER) depuis le centre scientifique de Sète
Résultat : entre 15 et 39 pesticides, dont du glyphosate, y sont régulièrement retrouvés. Un risque jugé "fort" pour la santé des écosystèmes de 8 lagunes sur 10. L’étang de l’Or est la lagune où le risque lié à la présence de pesticides est le plus inquiétant. Seuls les étangs de la Palme et de Biguglia présentent un risque faible.

Des pièges à pesticides pour détecter 72 substances

C'est une étude inédite en France, initiée par l'Ifremer de Sete et qui fait aujourd'hui l'objet d'un rapport alarmant de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et l’Ifremer en partenariat avec l’Université de Bordeaux.

Les lagunes méditerranéennes exposées aux pesticides : le rapport scientifique tire la sonnette d'alarme.


 Entre 2017 et 2019, l’équipe du laboratoire Environnement Ressources Languedoc Roussillon de l’Ifremer à Sète a traqué 72 pesticides grâce à des échantillonneurs passifs. Ces "pièges" sont capables de détecter les composés présents dans l’eau, même à très faible dose.
Les pièges, ici à Sète, ne détectent pas tous les pesticides. Certains, comme le glyphosate et l'AMPA , ont fait l'objet d'un échantillonnage par prélèvement d'eau ponctuel, réalisé lors de chaque pose des pièges.
Les pièges, ici à Sète, ne détectent pas tous les pesticides. Certains, comme le glyphosate et l'AMPA , ont fait l'objet d'un échantillonnage par prélèvement d'eau ponctuel, réalisé lors de chaque pose des pièges. © F3LR
Ces échantillonneurs ont été immergés durant 3 semaines à 3 périodes de l’année dans 10 lagunes : les étangs de Canet, de Bages-Sigean, de l’Ayrolle, de la Palme, de Thau, de Vic, du Méjean, de l’Or, de Berre, et de Biguglia.

La suite logique d'une étude sur les pesticides dans les cours d'eau d'Occitanie

La liste des pesticides employés en France est longue...les chercheurs ont donc réduit leur étude dans les étangs de méditerranée à certains des polluants déjà détectés dans les cours d'eaux en amont.
Le Pallas, en amont de l'étang de Thau, charrie régulièrement du glyphosate, de l'AMPA et du chlorotoluon d'après l'étude de Ifremer.
Le Pallas, en amont de l'étang de Thau, charrie régulièrement du glyphosate, de l'AMPA et du chlorotoluon d'après l'étude de Ifremer. © S.B

" Les 72 substances suivies ont été sélectionnées parmi les 325 pesticides détectés dans les cours d’eau de la région lors d’une précédente étude," précise Karine Bonacina, directrice régionale de l’Agence de l’Eau.

Nous nous doutions que leur impact écologique devait s’aggraver en aval des cours d’eau mais nous ne pensions pas que le risque dû à leur cumul serait aussi élevé pour les écosystèmes lagunaires ».

Karine Bonacina, directrice régionale Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse

Une étude de l'impact du cumul des pesticides inédite

Pour Dominique Munaron, le chercheur en chimie de l’environnement à la station Ifremer de Sète à l'origine de l'étude, c'est la première fois que l'on ne prend pas en compte le seul risque "individuel" d'une vingtaine de substances jugées prioritaires sur la qualité des eaux. La valeur-seuil, au-delà de laquelle le pesticide est toxique pour au moins une espèce vivante, n'est pas la même si on cumule plusieurs substances. 
Dominique Munaron, chercheur à l'origine de l'étude à l'Ifremer de Sète.
Dominique Munaron, chercheur à l'origine de l'étude à l'Ifremer de Sète. © F3LR

Ici, nous avons évalué pour la première fois le risque lié au cumul de pesticides : même présents en-deçà de leurs valeurs-seuils individuelles, les pesticides peuvent voir leurs effets s’additionner et nuire au fonctionnement de ces écosystèmes lagunaires et aux organismes qui y vivent.

Dominique Munaron, chercheur Ifremer de Sète à l'origine de l'étude

Les résultats de l'étude

Entre 15 et 39 pesticides ont donc été retrouvés, régulièrement, trois fois par an, à chaque campagne de "piègeage", dans 8 lagunes. Et c'est l'effet "cocktail" de tous ces pesticides qui pose problème. Aucune substance « prioritaire », n’a dépassé sa valeur-seuil au cours de l’étude. En revanche, 10 substances considérées comme "non prioritaires" l’ont franchi, occasionnant chacune un risque pour les écosystèmes lagunaires. 
Deux herbicides inquiètent particulièrement les scientifiques : le s-métolachlor et le glyphosate. Ainsi, peu exposé aux pesticides, l’étang de la Palme souffre néanmoins des effets du métolachlor.

L'étang de l'Or particulièrement impacté

Dans l'Hérault, l'étang de l'Or est la lagune considérée comme la plus à risque vis-à-vis de la problématique des pesticides parmi l'ensemble des lagunes suivies. Ce risque chronique est systématiquement lié à l'effet de plusieurs substances dépassant individuellement leurs valeurs seuils.

 Azoxystrobin, carbendazim, imidacloprid, ametryn, propiconazole, DET, terbutryn, tebuconazole et prometryn...large palette de pesticides sur le bassin versant de l'étang de l'Or.
Azoxystrobin, carbendazim, imidacloprid, ametryn, propiconazole, DET, terbutryn, tebuconazole et prometryn...large palette de pesticides sur le bassin versant de l'étang de l'Or. © MaxPPP/Guillaume Bonnefont

Le Salaison et le Bérange sont deux des principaux cours d'eau qui alimentent cette lagune. D'après le rapport, au cours de la période 2017-19, ils ont fait l'objet de respectivement 27 et 9 prélèvements d'eau en vue de la recherche de pesticides. La plupart des pesticides ont été quantifiés sur le Salaison à l'exception du métolachlor, lequel a été en revanche le seul (avec les incontournables glyphosate et AMPA) à être quantifié sur le Bérange. Pour les chercheurs, la variété des usages de pesticides sur le bassin versant de l'étang de l'Or doit être considérée comme une problématique majeure pour cette lagune. 
 

Une étude qui invalide la bonne image des lagunes


"Avant cette étude, l’état chimique de ces lagunes était considéré comme « bon » puisqu’aucun des 22 pesticides « prioritaires » suivis d’ordinaire tous les 3 ans dans le cadre de la directive-cadre sur l’eau ne dépassait sa valeur-seuil" constate Karine Bonacina.
Les lagunes de Méditerranée, ici l'étang de Thau,  sont encore parmi les écosystèmes les plus riches en termes d’habitats et de biodiversité marine.
Les lagunes de Méditerranée, ici l'étang de Thau, sont encore parmi les écosystèmes les plus riches en termes d’habitats et de biodiversité marine. © F3LR
 

Cette étude modifie notre regard ; elle met en lumière l’urgence de prendre en compte les cocktails de pesticides et leurs effets sur ces milieux naturels.

Karina Bonacina, Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse

Pour l'instant, pas de risques pour les coquillages ni les poissons, rassure l'étude de l'Ifremer. Mais ce sont les larves ou le phytoplancton qui pourraient être impactés. De nouveaux pièges seront d'ailleurs posés en mars prochain pour suivre l'effet cocktail notamment. 

Et maintenant?

Ce nouveau protocole de suivi sera donc reconduit sur l’ensemble de ces 10 lagunes de Méditerranée ces prochaines années et pourrait être appliqué à l’avenir aux lagunes et estuaires des autres façades maritimes françaises. Grâce à ces nouvelles données, les chercheurs mais aussi les acteurs de l'environnement vont disposer d’informations concrètes pour agir en amont sur les usages des pesticides qu’ils soient d’origine agricole, urbaine ou industrielle.
Au dessus de l'étang de Thau, de nombreuses exploitations agricoles commencent à limiter leur utilisation des pesticides.
Au dessus de l'étang de Thau, de nombreuses exploitations agricoles commencent à limiter leur utilisation des pesticides. © F3LR
S'appuyant sur un nouvel indicateur de risque écologique, cette surveillance devrait permettre d’orienter et de prioriser les actions de l’État et des gestionnaires pour réduire le plus efficacement possible l’utilisation des pesticides dans les bassins versants concernés.

Enquête sur l'étang de Thau de Chloé Fabre et Franck Detranchant.  Pour France 3 Languedoc-Roussillon , ils ont rencontré les "piégeurs" de pesticides mais aussi les acteurs économiques concernés à cette pollution.

 
durée de la vidéo: 02 min 25
Les pesticides menacent les écosystèmes des lagunes : l' étude de l'IFREMER à Sète





 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement méditerranée mer nature sciences recherche culture écologie littoral aménagement du territoire