Cet article date de plus de 6 ans

Sète : la Pointe courte évacuée suite à une alerte au gaz

Le quartier de la Pointe courte, à Sète, a été évacué en fin de matinée après la rupture d'une canalisation de gaz lors de travaux. Les pompiers ont sécurisé la zone avant l'intervention des techniciens de Gaz de France. Dès 13h, l'alerte a été levée. L'alimentation en gaz sera rétablie plus tard.

Plus de peur que de mal pour les habitants de la Pointe courte, à Sète. Avant 12h, ce jeudi, lors de travaux dans le quartier, une machine chargée d'entailler la route pour enterrer les câbles a coupé malencontreusement une canalisation de gaz. Prévenus rapidement, les pompiers de la ville ont sécurisé les lieux.

durée de la vidéo: 00 min 22
Sète (34) : alerte au gaz à la Pointe Courte

Périmètre bouclé

La vingtaine d'habitants présents à ce moment ont été rassemblés au "Café de la Pointe". D'après le chef de groupe des pompiers de Sète, l'adjudant-chef Eric Gouvernet, la topographie des lieux, avec ses ruelles imbriquées et une forte concentration d'habitats rend la zone particulièrement vulnérable en cas de fuite de gaz. Un barrage, à l'extrémité de la Pointe Courte, a également stoppé la cinquantaine de personnes qui voulaient rentrer chez elles à la mi-journée.
 
Quartier sécurisé

Vers 13 heures, après l'intervention des techniciens qui ont fermé le circuit de gaz, les pompiers ont parcouru les rues et les maisons avec leurs explosimètres (détecteurs de gaz) afin de s'assurer que les éventuelles poches de gaz étaient résorbées. Au total, une vingtaine de pompiers, épaulés par l'officier de colonne de Montpellier, sont intervenus avec le renfort d'une ambulance de Balaruc.

L'alimentation en gaz toujours fermée

Les Sètois de la Pointe courte ont pu regagner leur logis après 13h. En revanche les techniciens ont encore du travail en perspective. Une fois la fuite réparée, il leur faudra vérifier tous les foyers dans l'après-midi. Ce n'est qu'à l'issue de ce contrôle, maison par maison, que l'alimentation en gaz sera rétablie. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité pompiers archives