Cet article date de plus de 5 ans

Il y a 59 ans, il sautait en piste

28 avril 1957, Madrid. Une corrida d'Escudero Calvo. Pablo Lozano confirme l'alternative de Juan Antonio Romero. Temoin : Antonio del Olivar. Le cinquième toro vient d'entrer en piste. Un espontáneo saute en piste : c'est Manuel Benítez qui fait irruption dans l'histoire de la tauromachie.
Pour les besoins du film de Pedro Lazaga "Aprendiendo a morio", Manuel Benítez a refait l'espontaneo historique du 28 avril 1957.
Pour les besoins du film de Pedro Lazaga "Aprendiendo a morio", Manuel Benítez a refait l'espontaneo historique du 28 avril 1957. © Pedro Lazaga
L'image même de l'insolence
L'image même de l'insolence
On a tout oublié de cette corrida d'il y a 59 ans. Pablo Lozano, le parrain d'alternative, est devenu un magnat du business taurin. Juan Antonio Romero est mort des suites d'un cancer chez lui à Jerez à l'âge de 44 ans. Le témoin, Antonio del Olivar, est mort en 1997 chez lui au Mexique. Dans l'anonymat.
Quant aux toros d'Escudero Calvo, ils sont devenus très célèbres quand ils prirent, quelques années plus tard, le nom de leur nouveau propriétaire. Un certain Victorino Martín.
Mais depuis 59 ans, cette image d'un jeune homme dépenaillé cheminant entre deux gendarmes dans le callejón des arènes de Madrid symbolise l'insolence et la beauté de la jeunesse éternellement opposées à l'ordre établi.
Le mot même d'espontáneo a débordé du seul lexique taurin. Ne s'appelaient-ils pas mao-spontex, ces jeunes gens qui, dix ans après le geste fondateur de Manuel Benítez, eurent l'audace de vouloir inventer un nouveau chemin révolutionnaire, entre marxisme et anarchisme? On a du mal à le croire aujourd"hui, mais ces très sérieux et très déterminés intellectuels parisiens voulurent voir en Mao Tsé Toung (c'est le nom qu'on donnait à l'époque à Mao Zedong) une figure libertaire! On était peu après mai 68…
Manuel Benítez, devenu "El Cordobés", a vieilli lui aussi. Il aura 80 ans la semaine prochaine. Les journaux ne parlent de lui désormais que pour raconter les circonstances de son divorce, la façon dont Manuel Díaz a engagé un détecive privé afin de prouver qu'il est véritablement son fils, où les circonstances dans lesquelles son autre fils supposé, l'acteur américain Mark Everett, a été tué par la police alors qu'il tenait son propre fils en otage.

Mais la photographie prise le 28 avril 1957 à Las Ventas, elle, ne vieillira jamais.


aprendiendo a morir
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie