Incompréhension des organisateurs de festivals en Occitanie face aux mesures annoncées pour les festivals " debout "

Nouvelle annonce du gouvernement pour le milieu culturel : les festivals debout en plein air pourront reprendre dès le 1er juillet mais avec 4m2 par festivalier en raison du contexte sanitaire. Cette annonce de Roselyne Bachelot suscite l'incompréhension des professionnels d'Occitanie.

L'Occitanie compte plus de 300 festivals, comme le This Is Not A Love Song Festival à Nîmes Gard.
L'Occitanie compte plus de 300 festivals, comme le This Is Not A Love Song Festival à Nîmes Gard. © Guillaume Bonnefont - MaxPPP

Se mettre debout pendant un concert ?  Cela devrait donc être possible cet été !  Comme avant donc ? Pas tout à fait ! Car il faudra respecter une nouvelle règle : 4 m2 par festivalier. 

 "A partir du 1er juillet (...), les festivals de plein air en configuration debout pourront reprendre, selon une jauge de 4m2 par festivalier et dans une limite qui sera définie par le préfet en fonction des circonstances locales", a exposé la ministre de la Culture, auditionnée jeudi par la Commission des Affaires culturelles à l'Assemblée nationale.

Du côté des organisateurs du Festival de Thau (Hérault) qui viennent de sortir leur programme 2021, on reste perplexe et on se garde des fausses joies.

 " C'est séduisant de se dire que l'on pourrait retrouver cette ambiance festival debout, cette liberté. Mais dans cette configuration là, on retombe à une jauge de 800 personnes pour un site comme celui de Mèze qui peut accueillir 3 000 personnes en temps normal . Et où en configuration assise, on peut aller jusqu'à 2 000 personnes, " explique Audrey Malaval, chargée de communication du Festival de Thau 

 

 Economiquement parlant, c'est un vrai problème ! 

Audrey Malaval chargée de communication Festival de Thau (34)

 

La pandémie a gâché les 30 ans de ce festival, l'an dernier. Le Festival de Thau compte bien se rattraper à partir de la mi-juillet avec dix soirées festives, mais en position assise.

Déception et adaptation 

Même son de cloche du côté d'Albi (Tarn) : en 2019, le festival Pause Guitare avait battu son record d'affluence avec 64 000 entrées. En temps normal, ce festival peut accueillir 18 000 personnes par soirée. Une jauge déjà nettement revue à la baisse. L'option debout ne va pas dans le bon sens.

" C'est la première fois qu'à priori qu'une configuration debout ferait moins qu'une configuration assise. Donc cela mérite encore beaucoup d 'explications, " confie Alain Navarro, directeur de Pause Guitare à Albi. " En tout cas, nous continuons notre cap, on s 'adaptera pour la Xième fois ! " 

durée de la vidéo: 01 min 28
Reaction d'Alain Navarro, directeur de Pause Guitare à Albi

C'est encore un énième casse-tête pour les quelques 300 festivals d'Occitanie. Cette année, leurs organisateurs auront appris à travailler avec un nouveau prisme : celui de la géométrie variable !  

Incompréhension partout en France 

Cette annonce de Roselyne Bachelot suscite également l'incompréhension des professionnels dans les musiques actuelles.
  
   " Évoquer la réouverture des jauges debout est une bonne nouvelle, puisque ces jauges n'avaient aucune perspective depuis mars 2020. Toutefois, comment appliquer la règle d'une personne pour 4 m2 ?", a commenté Malika Seguineau, du Prodiss (Syndicat du spectacle musical et de variété). "Le pass sanitaire peut permettre de pallier la distanciation impossible dans une configuration debout. C'est ainsi que nous entendions ce nouveau dispositif comme une aide à la reprise des activités complexes".
    

Aurélie Hannedouche, du Sma (Syndicat des musiques actuelles), ne cache pas son amertume : "Si on parle d'un terrain de 4.000 m2 pour 1.000 personnes, ça peut s'envisager, il y a des espaces suffisamment vastes pour ne pas se coller les uns aux autres. Mais si on parle d'un carré de 4m2 par personne, c'est ingérable. Personne n'a envie de vivre une expérience pareille".

Des gens viennent en couple ou groupes d'amis et ils vont demander, ce qui est légitime, à être ensemble. Et comment, dans ce cas, gérer les déplacements des gens qui vont aller boire un verre ou aller aux toilettes ?

Aurélie Hannedouche, du Sma


 

Des régles " trop floues " 

L'autre point qui inquiète la responsable du Sma concerne les délais de décision des autorités. "Si le préfet nous répond dix jours avant une manifestation, ce sera trop tard, objecte-t-elle. Nous avons 40 à 50 de nos adhérents qui veulent
organiser un événement en juillet-août. S'ils n'ont pas de réponse d'ici le 15 mai, ils vont annuler, c'est trop flou et trop risqué".

  

Avec la communication du président Macron du 29 avril, on nous dit  "ah, c'est bien, ça repart". Mais tout se cache dans le diable des astérisques. Les protocoles ne sont pas construits. D'un coup de baguette magique, des contraintes supplémentaires apparaissent, jamais débattues avant. A ce prix-là, on aurait dû annuler il y a trois mois. Ce n'est pas honnête de travailler comme ça. 

Aurélie Hannedouche, du Sma


Face aux contraintes sanitaires avancées au fil des mois, de nombreux gros festivals d'été dans les musiques actuelles ont déjà annulé, tels Solidays, Eurockéennes, Hellfest, Garorock, Main Square, Art Rock, Lollapalooza ou encore Musilac.

A ce jour, pour les rares festivals majeurs, tels les Vieilles Charrues, qui ont promis de se tenir cet été, les délais de préparation font qu'ils ne pourront pas revenir en mode debout et resteront sur l'ancien cadre des 5.000 personnes assises. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture festival événements sorties et loisirs déconfinement société