• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Kleber Mesquida : “Je veux que les Héraultais sachent ce que deviennent leurs impôts”

Kléber Mesquida, le président du conseil départemental de l'Hérault, le 29 septembre 2015 / © France3 LR/L.C.
Kléber Mesquida, le président du conseil départemental de l'Hérault, le 29 septembre 2015 / © France3 LR/L.C.

6 mois après son élection à la tête du département,  le discret président Mesquida a choisi de "communiquer". A la différence d'autres départements, l' Hérault sera en mesure de verser le RSA aux allocataires. Kléber Mequida s'inquiète pour Béziers : "Ménard détruit l'image de cette ville".

Par Laurence Creusot

"Cela fait 37 ans que je travaille pour ce département. Cette terre m'a accueilli, je vis Hérault, je sens Hérault, je travaille Hérault." Kléber Mesquida laisse passer l'émotion dans la voix au terme de son exposé devant la presse ce 29 septembre.
Six mois après son élection à la tête du département, le socialiste conseiller général de St Pons-de-Thomières, député depuis 3 mandats, Kléber Mesquida a décidé d'expliquer son action. "Je communique peu", concède-t-il.
Il aime à rappeler au passage sa fidèlité à Gérard Saumade, son attachement à l'ouest héraultais à Creissan qui a accueilli sa famille au retour d'Algérie. 

"Je veux que les Héraultais sachent ce que deviennent leurs impôts"

RSA

"Nous serons en capacité de verser le RSA aux 48 000 allocataires de l'Hérault". Kléber Mesquida explique qu'à la différence d'autres départements étranglés par la charge de la solidarité, L'Hérault peut continuer à verser le revenu de solidarité active." Le département s'enrichit sur les bases fiscales grâce à l'arrivée constante de nouveaux habitants." La solidarité avec les plus démunis, les personnes âgés et les handicapés représente 8 00 millions d'euros de dépenses sur un budget total de 1, 379 milliard d'euros.

Alco 2

Kléber Mesquida rappelle qu'il est la tête d'une machine de 5 000 employés qui concerne 58 communes.
Il a décidé de poursuivre un plan d'économie de 5 % comme annoncé au niveau de chaque service. Il va d'ailleurs recentrer tous les services à Alco 2, un bâtiment qui sera construit au rond point d'Alco et qui permettra d'économiser les 7 00 000 euros de loyers annuels payés pour héberger six ou sept services du département disséminés dans Montpellier.
"Construire Alco 2 cela va aussi injecter des investissements dans l'économie locale et cela ne coûtera rien aux contribuables".

Que reste-t-il du département ?

Le président du conseil départemental rappelle qu'il a combattu la réforme territoriale : "J'étais très inquiet mais au final les binômes élus dans les cantons, cela marche bien."reconnaît-il. Il est fier de dire que la parité est aussi entrée dans son cabinet.
Il convient maintenant d'envisager la répartition des compétences.
Si le sourire est large quand il question de la région, la mine est plus fermée quant on évoque la Métropole de Montpellier.
"L'entente est parfaite avec Damien Alary : on travaille de concert. Les relations avec la Métropole sont normales". Kléber Mesquida n'a pas encore eu encore de tête à tête avec Philippe Saurel. "Quand on ouvre les bras, il faut que les gens viennent. J'attends."

L'élu des routes

"On m'a toujours décrit comme celui qui bétonne, qui construit les routes et qui n'a pas d'autre sensibilité."raconte Kléber Mesquida amusé.
Il a pourtant d'autres projets pour le plus grand département du Languedoc basés sur le patrimoine, la culture et la tradition, le sport et les loisirs et enfin l'oenotourisme. quatre axes pour attirer encore plus de touristes.
97 % de la population devrait bénéficier de la fibre optique d'ici 10 ans. Un chantier de 300 millions d'euros qui sera absorbé dans le budget à raison de 27 millions.

Ménard détruit l'image de Béziers

Dans son exposé Kléber Mesquida estime que l'ouest de l'Hérault est en souffrance. Et quand on lui parle de Béziers, le patron de l'Hérault sort de sa réserve : "Ménard stigmatise Béziers. Et je ne crois pas qu'il donne envie aux entreprises de s'installer. Cet homme va détruire l'image de la ville".
Mais les considérations politiques s'arrêtent là.  Le conseiller de St Pons de Thomières est un homme de terrain soucieux des dépenses des contribuables. Et ne lui dites pas que le logo du département n'est pas tendance. Il représente le soleil, la mer, la terre et " il n'a pas coûté un euro de plus."

Le logo du département de l'Hérault / © département Hérault
Le logo du département de l'Hérault / © département Hérault




Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus