• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La corrida exclue définitivement du patrimoine immatériel français

© MAXPPP
© MAXPPP

Le Conseil d'Etat a définitivement enterré ce mercredi la volonté des associations pro-corridas d'intégrer ces pratiques au patrimoine culturel français.

Par Yann Lagarde avec l'AFP

C’est la fin d’un feuilleton judiciaire qui dure depuis 2011.
Le Conseil d’Etat a rejeté ce mercredi le pourvoi de deux associations, l'Observatoire national des cultures taurines et l'Union des villes taurines de France.

Ces deux organisations pro-corrida avaient contesté la décision de la cour administrative de Paris visant à exclure cette pratique de l'inventaire du Patrimoine immatériel de la France.

Les deux associations avaient obtenu en 2011 l'inscription de la corrida à l'inventaire du Patrimoine immatériel. Cette décision avait toutefois était infirmée en juin 2015 par la cour administrative.

Elles devront verser 3000 euros au comité radicalement anti-corrida (CRAC Europe) et à l’association Droits des Animaux.
"Nos adversaires voulaient sanctuariser la corrida, ce ne sera pas le cas", a commenté auprès de l'AFP David Chauvet, le co-fondateur de Droit des animaux.

Brigitte Bardot a aussi réagi de son côté et trouve « formidable d'avoir retiré définitivement la corrida du patrimoine immatériel de la France ».

La corrida est bien ancrée dans le Sud-Ouest de la France, et particulièrement en région Occitanie, avec des places fortes comme Béziers, Nîmes ou encore Vic-Fezensac.
L’inventaire français recense environ 300 pratiques variées comme la fauconnerie ou le compagnonnage.

Sur le même sujet

Tour de France : 17e étape entre le Pont du Gard et Gap

Les + Lus