Cet article date de plus de 5 ans

La corrida exclue définitivement du patrimoine immatériel français

Le Conseil d'Etat a définitivement enterré ce mercredi la volonté des associations pro-corridas d'intégrer ces pratiques au patrimoine culturel français.
C’est la fin d’un feuilleton judiciaire qui dure depuis 2011.
Le Conseil d’Etat a rejeté ce mercredi le pourvoi de deux associations, l'Observatoire national des cultures taurines et l'Union des villes taurines de France.

Ces deux organisations pro-corrida avaient contesté la décision de la cour administrative de Paris visant à exclure cette pratique de l'inventaire du Patrimoine immatériel de la France.

Les deux associations avaient obtenu en 2011 l'inscription de la corrida à l'inventaire du Patrimoine immatériel. Cette décision avait toutefois était infirmée en juin 2015 par la cour administrative.

Elles devront verser 3000 euros au comité radicalement anti-corrida (CRAC Europe) et à l’association Droits des Animaux.
"Nos adversaires voulaient sanctuariser la corrida, ce ne sera pas le cas", a commenté auprès de l'AFP David Chauvet, le co-fondateur de Droit des animaux.

Brigitte Bardot a aussi réagi de son côté et trouve « formidable d'avoir retiré définitivement la corrida du patrimoine immatériel de la France ».

La corrida est bien ancrée dans le Sud-Ouest de la France, et particulièrement en région Occitanie, avec des places fortes comme Béziers, Nîmes ou encore Vic-Fezensac.
L’inventaire français recense environ 300 pratiques variées comme la fauconnerie ou le compagnonnage.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tauromachie culture région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale justice société