Cet article date de plus de 5 ans

Un ancien membre du GIA assigné à résidence à Saint-Affrique

Merouane Benahmed, un ancien membre du Groupe islamique armé (GIA), condamné à mort par contumace en Algérie est assigné à résidence depuis quelques jours à Saint-Affrique en Aveyron. 
© France 3 Midi-Pyrénées
Il est arrivé en toute discrétion dans un hôtel de Saint-Affrique. Merouane Benahmed, un ancien membre du Groupe islamique armé (GIA) est assigné à résidence depuis quelques jours en Aveyron. Cet algérien de 42 ans est interdit de territoire français depuis une condamnation en 2006 pour avoir projeté des attentats terroristes à Paris. Mais comme il est également condamné à mort par contumace dans son pays d'origine, il ne peut y être expulsé. Depuis sa sortie de prison en 2011, il suit donc un étrange parcours d'assignations à résidence en France.

Interdit de territoire français mais bloqué en France depuis 4 ans

Merouane Benahmed a fui son pays en 1999. Il est arrivé en France début 2000. Il y a été condamné à 10 ans de prison en 2006 pour avoir projeté des attentats à Paris, dans le cadre de l'affaire dite "des filières tchétchènes". Il fait également l'objet d'une interdiction définitive du territoire français prononcée en 2006. Sorti de prison en 2011, "il n'a pu à ce jour être éloigné du territoire français" selon la Préfecture de l'Aveyron.
Car Merouane Benahmed a aussi été condamné à mort par contumace en Algérie, pour avoir combattu aux côtés du GIA pendant la guerre civile. La Cour européenne des droits de l'homme a rendu un avis défavorable à son extradition en raison des risques encourus. Depuis, "dans l’attente de trouver un pays tiers susceptible de l’accueillir, il a été décidé de le placer sous un régime d’assignation à résidence, en limitant par mesure de sécurité sa liberté de circulation à un périmètre restreint et en l’obligeant à se présenter quatre fois par jour auprès des services de la gendarmerie", indique encore la Préfecture.

Gers, Maine-et-Loire, Bretagne... Depuis 2011, Merouane Benahmed a multiplié les lieux d'assignation à résidence. Avant d'arriver il y a quelques jours dans un hôtel de Saint-Affrique, 7ème étape d'un étrange parcours sur un territoire français qu'il est condamné à quitter.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société terrorisme faits divers