Rodez : le conseiller agriculture de François Hollande “séquestré” puis libéré par la Confédération Paysanne

Le conseiller du président retenu dans un bureau de la préfecture / © Twitter
Le conseiller du président retenu dans un bureau de la préfecture / © Twitter

En marge de l'inauguration du Musée Soulages, des responsables de la Confédération paysanne ont symboliquement "placé en garde à vue" le conseiller agriculture de François Hollande dans les murs de la préfecture à Rodez. Après quelques heures de "discussion", il a été libéré.

Par Fabrice Valery

Des responsables syndicaux de la Confédération paysanne ont retenu ce vendredi matin pendant un peu plus de 3 heures, Philippe Vinçon, le conseiller de François Hollande chargé de l'agriculture dans les locaux de la préfecture à Rodez, pour protester contre la garde à vue de 5 militants de la Conf Paysanne dans la Somme après une manifestation contre le projet des "1000 vaches".

Sur son compte twitter, la Confédération Paysanne a publié une photo de ce qu'elle nomme une "garde à vue" pour le conseiller de l'Elysée : 

Retenu dans une pièce de la préfecture "fermée à clé de l'intérieur" selon Christian Rouqueirol, de la Confédération Paysanne, Philippe Vinçon a discuté "politique agricole commune et de la politique du gouvernement" avec laquelle la Confédération Paysanne indique avoir "beaucoup de différends". 

Philippe Vinçon a retrouvé la liberté de ses mouvements un peu avant 14 heures. Les militants de la Confédération paysanne retenaient Philippe Vinçon pour obtenir la libération immédiate de quatre des leurs, interpellés mercredi dans la Somme pour des dégradations sur le chantier de la ferme géante dite des Mille vaches, ainsi que de leur porte-parole Laurent Pinatel, également en garde à vue. Les militants ont été déférés vendredi matin au parquet d'Amiens.
 

Les militants de la Confédération Paysanne à leur sortie de la préfecture / © L. Boffet / France 3 Midi-Pyrénées
Les militants de la Confédération Paysanne à leur sortie de la préfecture / © L. Boffet / France 3 Midi-Pyrénées


"Nous avons décidé de rendre sa liberté à M. Vinçon car le tribunal d'Amiens est en train de libérer nos camarades", a annoncé devant la préfecture Christian Roqueirol, membre du comité national de la Confédération.
Le conseiller présidentiel "aura compris qu'il y a autre chose à soutenir en France que la ferme des Mille vaches et l'agriculture industrielle", a lancé M. Roqueirol.

Cette séquestration s'est déroulée en marge de la visite à Rodez de François Hollande pour l'inauguration du Musée Soulages. Une manifestation d'intermittents du spectacle s'est aussi soldée par des incidents avec les forces de l'ordre, comme on peut le voir sur cette vidéo : 

Manif intermittents

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus